Une fiction proposée par Christophe BarreyreEcrite par Jean Ruhlman

et réalisée par Michel Sidoroff.

Jacques Vergès
Jacques Vergès © MaxPPP/Frédéric Douchet

Quelles sont les clefs du parcours de Jacques Vergès, mort le 15 août 2013 ? La quête s’annonce difficile, tant l’homme sut cultiver la discrétion sur ses ressorts les plus intimes. Ainsi, on est bien en peine d’expliquer sa disparition au cours des années 1970… Cette discrétion contraste fortement avec le tapage des “affaires sensibles“ qu’il eut à défendre. Pour certains, c’est dans ses origines qu’il faut percer le secret du « salaud lumineux » : naissance avec son frère jumeau Paul d’un père consul dans la province d’Oubône-Raxathani. Nous sommes dans le royaume de Siam d’où vient sa mère, institutrice, et qu’il perd à trois ans. Et déjà, le poids du fait colonial : la mésalliance paternelle conduit Raymond Vergès au Service de santé à la Réunion, où la famille au grand complet déguste son premier couscous avec le marocain Abd-El-Krim, figure de l’insurrection du Riff dans les années 1920 … À la Réunion - où son frère jumeau Paul fera la carrière politique que l’on sait - Jacques Vergès n’a d’égal à l’école qu’un certain Raymond Barre... Mais Jacques, même après un détour par Louis le Grand à Paris, s’ennuie… Aussi, quelle aubaine en 1942, quand un bâtiment des Forces Françaises Libres vient accoster à La Réunion ! À 17 ans seulement, le jeune Vergès s’embarque pour trois ans de «tourisme de guerre » qui le conduisent des camps militaires anglais à l’Allemagne vaincue. Il goûte pleinement le mélange des origines entre tous ces volontaires décidés à se battre derrière un général condamné à mort par Vichy, et tire des combats une leçon marquante : seule la violence peut débloquer certaines situations

Le premier dossier important de Jacques Vergès se situe à Alger en avril 1957 ; il sera décisif pour la suite de sa carrière - pourtant, cette «affaire sensible » s’engage plutôt mal...

Le scénariste : Jean Ruhlmann

Historien né en 1961, il enseigne l’histoire contemporaine à l’université Lille III-Charles de Gaulle ainsi qu’à l’IEP de Paris.

Outre diverses fictions historiques pour “Affaires sensibles“ (Fabrice Drouelle & Christophe Barreyre) il est l’auteur d’autres fictions pour “Au fil de l’Histoire“ (Patrick Liegibel) puis “Autant en emporte l’Histoire“ (Stéphanie Duncan) en collaboration avec l’historien Jean-Paul Desprat.

Il a participé à l’élaboration de divers manuels scolaires d’Histoire pour les premier et second cycles.

Ses recherches universitaires portent sur l’’évolution et les usages du comique parlementaire sous la IIIe République.

Jean Ruhlmann
Jean Ruhlmann © Radio France / DR

Notre invité : Roland Dumas

Roland Dumas est avocat, il a été ministre des Affaires européennes et étrangères, président du conseil constitutionnel et a écrit plusieurs livres dont « Politiquement incorrect » au Cherche midi. Proche de François Mitterrand, très engagé auprès de lui, il était également un ami de Jacques Vergès.

Politiquement incorrect
Politiquement incorrect © Radio France

« Jacques Vergès : qu’est-ce qui éclaire le “salaud lumineux“ ? »

De Jean Ruhlmann

Avec :

Evelyne Guimmara : le narrateur

Thibault Vinçon : Jacques Vergès

Souhade Temimi : Djamila Bouhired

Nathalie Kanoui : Djamila Bouazza

Maître Biaggi : Roland Timsit

Le Président du tribunal permanent des forces armées d’Alger : Pierre-Yves Desmonceau

Et les voix de :

Inès Cassigneul, Nadia Jeandeau, François Tavares, Salima Drider, Michel Baladi, Olivier Pilloni.

Bruitages : Bertrand Amiel

Prise de son, montage, mixage : Eric Boisset, Clothilde Thomas.

Assistante à la réalisation : Clémence Gross.

Réalisation : Michel Sidoroff.

Michel Sidoroff
Michel Sidoroff © Radio France / Valérie Bour

Les invités

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.