1989 est une date tournant dans la vie d’Annie Girardot, c’est l’année où elle perd sa mère. Bien qu’elle ait 58 ans, cette disparition la laisse désemparée, perdue, déprimée

L'actrice française Annie Girardot photographiée à Moscou le 10 novembre 2000
L'actrice française Annie Girardot photographiée à Moscou le 10 novembre 2000 © Maxppp / PHOTOXPRESS

C’est que tout remonte en elle, une blessure cachée, un manque, un vide dans son existence.
L’absence du père.

Elle est née le 25 octobre 1931 de père inconnu. Elle a un frère de cinq ans de plus qu’elle, et sa mère, seule pour élever ses deux enfants, place Annie pendant 4 ans chez un couple d’amis afin qu’elle puisse terminer ses études de sage-femme.

Quand Annie retrouve le foyer maternel, elle peut enfin jouir d’une enfance heureuse en Normandie, auprès de sa mère, femme particulièrement décidée, courageuse, volontaire. Nommée Raymonde, elle sera un pilier dans la vie d’Annie, tout à la fois mère douce, rassurante, et éducatrice exigeante, confiante en l’avenir, battante et transmettant son énergie.
(…)

Malgré la naissance de sa fille Giulia avec le comédien Renato Salvatori, Annie s’empêtre dans des situations amoureuses difficiles et tout en étant une comédienne très récompensée et particulièrement aimée du public, elle demeure sous un aspect franc et direct, une fillette qui a besoin d’une protection pour ne pas sombrer. Sa protection la plus sûre, c’est incontestablement Raymonde, sa mère aimante, combative et optimiste. Alors pour Annie, la mort de cette mère si proche, c’est comme la levée d’un voile, la mise à nue d’une fragilité, une inquiétude qui refait surface et bouleverse l’édifice de sa personnalité.

L'invité : Léo Bardon

Comédien de formation Léo Bardon a suivi les cours Simon. Puis il a été assistant auprès d'Annie Girardot pendant près de 15 ans.
Il a ensuite travaillé comme assistant réalisateur, régisseur Adjoint sur des séries de télévision et au cinéma. Léo Bardon a publié « Annie te souviens-tu… » aux éditions Michel Lafon en 2009.

Léo Bardon
Léo Bardon © Thierry Dacia

La scénariste : Isabelle Bournat

Auteure d’un roman puis de plusieurs recueils de poésie, Isabelle Bournat a essentiellement orienté son écriture vers le théâtre. Editée et jouée, elle a écrit plus de dix pièces de tous genres, absurdes, comédies grinçantes ou âpreté, toutes reliées par des situations contemporaines où alternent contestation et célébration, lyrisme et parodie. Après Dépôt-vente,Mercenaires et rédemption, Résidence Beaurivage, etc, La rose jaune aux éditions Les Cygnes a été créée avec succès au Festival d’Avignon dans une mise en scène de Jacques Connort. Elle est également l’auteure de livrets pour comédiens avec musique, Danse a été repris au Palais des Congrès de Strasbourg et elle a écrit des "Nuits Noires" pour France Inter.

Pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur son site.

Isabelle Bournat, scénariste
Isabelle Bournat, scénariste © Radio France / Emmanuelle Fournier

Photos du tournage

La réalisatrice Catherine Lemire avec les comédiens
La réalisatrice Catherine Lemire avec les comédiens © Radio France / Emmanuelle Fournier
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.