Longtemps, Lucien Léger a été présenté comme le détenu le plus ancien de France, l’éternel recalé de la grâce présidentielle. 41 années de prison, entre 1964 et 2005. On ne savait plus vraiment pourquoi. Une mort d’enfant, Luc Taron, petit fugueur de 11 ans, découvert dans le bois de Verrières, en banlieue parisienne.

3 octobre 2005, Lucien Léger, le plus ancien prisonnier de France jusqu'à sa libération le même jour, répond aux questions des journalistes
3 octobre 2005, Lucien Léger, le plus ancien prisonnier de France jusqu'à sa libération le même jour, répond aux questions des journalistes © AFP / Philippe Huguen

Dans une série impressionnante de messages publiés à la Une de presque tous les journaux, un corbeau, signant « l’étrangleur n°1 », revendique le meurtre. Pendant 40 jours, il tient en haleine la France entière et mobilise une quarantaine de policiers à plein temps. Et son arrestation est un modèle du genre : en direct au JT de 20H sur la chaîne unique de l’ORTF. Ce 5 juillet 1964, Lucien Léger fait entrer le fait divers dans le grand spectacle de la télévision. Depuis, on a oublié l’affaire, mais également ses mystères, une enquête besogneuse et un coupable désigné qui pourrait bien être fabriqué… Et puis surtout, cette peine incroyable de 40 ans… Comme quoi la perpétuité, dans sa dimension du désespoir pour le condamné, peut exister.

Un récit documentaire de Margaux Opinel 

Lucien Léger, menottes aux mains le 05 juillet 1964 dans les locaux de la première brigade mobile à Paris.
Lucien Léger, menottes aux mains le 05 juillet 1964 dans les locaux de la première brigade mobile à Paris. © AFP / AFP

Invités : 

Jean-Louis Ivani et Stéphane Troplain, auteurs de « Le voleur de crimes : L'affaire Léger » paru aux éditions du Ravin Bleu, 2012

Programmation musicale : 

  • Thomas Fersen : Hyacinthe (2005)
  • Matt Berninger : One more second (2020)
L'équipe