Une fiction écrite par Clara Saer et Zoé Gabillet, réalisée par Pascal Deux. Voici l’histoire de Truman Capote, mi écrivain, mi journaliste et qui après son livre “De Sang froid”, n’écrivit plus de roman. Invité Didier Decoin, de l’Académie Goncourt, auteur, scénariste, romancier et amoureux des faits divers.

Truman Capote, New York, New York, 1959
Truman Capote, New York, New York, 1959 © Getty / Roger Higgins/lcok/Underwood Archives

C'est un personnage étrange, complexe, sulfureux aussi, célèbre pour ses frasques et ses excès… l’enfant terrible de la littérature américaine

Truman Capote est né le 30 septembre 1924 à la Nouvelle Orléans. Dès 17 ans il quitte le système scolaire et écrit « Je ne voulais pas aller perdre mon temps à l’Université, je sais ce que je voulais faire, j’avais lu énormément et j’étais déjà, un écrivain accompli ». Il commença par publier une nouvelle en 1945, Miriam dans une revue. Puis en 1948 est édité son premier roman Les Domaines Hantés, renouant avec les paysages de son enfance dans le Sud des Etats Unis et porte déjà un parfum de scandale à cause d’une photo en couverture jugée choquante… Puis viendra enfin un vrai succès avec son premier roman Petit déjeuner chez Tiffany ! Roman qui lui ouvre les portes des lieux à la mode de la vie artistique New Yorkaise.

De Sang Froid paraît en 1966. En novembre 1959 que Truman Capote découvre un fait divers dans le NY Times qui tout de suite le passionne. Une histoire terrible celle d’une famille de cultivateur, père, mère et leurs deux enfants abattus à bout portant après avoir été ligotés et bâillonnés. Un crime perpétré par deux jeunes paumés, Perry Smith et Dick Hickok. De Sang Froid  inaugure un nouveau genre, celui du roman-document, le non-fiction novel ou comment l’enquête journalistique sur un fait divers devient un genre littéraire. Ce roman a changé la littérature pour des décennies. 

Truman Capote résumait ainsi son travail :

Pour la première fois je ne sais plus si je suis journaliste ou écrivain et peut être que ce n’est pas plus mal. Pour ce projet je serai les deux à la fois. La plus grande difficulté sur le plan technique sera d’écrire ce livre sans jamais apparaître moi-même. Je dois devenir un photographe littéraire ou devenir l’auteur d’un ‘’roman vérité’’.

Extrait du scénario

5- LE SOIR DE L’EXÉCUTION 

INT-BAR

Nous sommes le 13 avril 1965. Truman Capote est en compagnie d’Alvin Dewey (la cinquantaine), l’agent du KBI qui a enquêté sur le meurtre de la famille depuis le début.

...

Truman Capote : J’avais besoin de vous parler. Il n’y a que vous qui pouvez comprendre ce que je ressens aujourd’hui.

Alvin Dewey : J’ai enquêté sur la mort des Clutter mais avant d’être flic j’étais surtout l’ami de Herb et de Bonnie. Vous vous méprenez sur mes sentiments et ce n’est pas parce qu’ils seront pendus ce soir que mon avis sur Perry et Dick changera.

Truman Capote : Mais ça ne vous fait rien de savoir que cette nuit, un point final sera mis à cette histoire. 

Alvin Dewey : Vous êtes écrivain vous parlez de point final, je suis flic je parle d’affaires classées. 

Serveur : Et voilà messieurs, les scotchs on the rocks.

Truman Capote : Merci jeune homme. Enfin, ne me dîtes pas que cette histoire n’a pas été le dossier de votre vie !

Alvin Dewey : C’est vrai. Pendant des mois j’ai cherché ceux qui avaient pu commettre un crime aussi horrible. Je les ai trouvé et ce soir justice sera faite. 

Truman Capote : Qu’est ce qui nous différencie d’un meurtrier si nous lui répondons aussi par un meurtre. Pour vous la justice c’est la loi du talion ?

Alvin Dewey : Est ce que vous diriez ça si c’était votre famille ou vos amis qui avaient été sauvagement assassinés par Perry et Dick, Monsieur Capote ?

Truman Capote (s’esclaffant) : Allons Alvin, c’est trop facile. Vous voulez que je vous dise, moi je crois profondément qu’une peine de prison à perpétuité ferrait aussi bien l’affaire. Qui sommes nous pour avoir le droit de vie ou de mort sur un homme ?

Alvin Dewey : En tous cas, la mort de vos deux amis est l’épilogue parfait pour votre roman.

Truman Capote : Touché ! Mais aujourd’hui je m’en fiche pas mal de mon roman, je ne pense qu’à Perry et Dick. 

Alvin Dewey : Et moi je ne pense qu’aux Clutter.

Truman Capote (il avale son verre cul sec) : Mais moi aussi je pense à eux. L’un n’empêche pas l’autre… Garçon, un autre verre s’il vous plaît. Et cette journée qui n’en finit pas… J’ai quitté mon hôtel pour me réfugier dans ce bar. Perry appelle toutes les heures depuis ce matin pour être certain que je viendrai dîner avec eux ce soir. Mais je n’ai pas la force de lui parler. C’est mon éditeur, il a accepté de m’accompagner, qui décroche à tous ses coups de fil…

Alvin Dewey : J’ai vu votre nom sur la liste des témoins, j’avoue que je ne m’attendais pas à ce que vous acceptiez. 

Truman Capote : Accepter c’est une chose mais encore faut-il y arriver. 

Alvin Dewey : Vous pouvez encore faire marche arrière, rien ne vous y oblige. Je me souviens la première fois où je vous ai rencontré à votre hôtel, vous étiez dans un déshabillé de soie et de dentelle rose et je n’aurais jamais pensé vous retrouver aux portes du couloir de la mort, un jour. 

Truman Capote : Même si mes nerfs me lâchent avant ce soir, je n’ai qu’une parole et je serai là pour Perry.

Alvin Dewey : Très bien, alors nous nous reverrons là-bas. Maintenant je dois vous laisser.

Alvin se lève, bruit de chaise.

Truman Capote : Au fait, vous savez comment s’appellera mon livre ?

Alvin Dewey : Je vous écoute.

Truman Capote : « De sang froid ». Quand je l’ai dit à Perry il est entré dans une colère noire. Mais je ne me voyais pas lui expliquer que cela ferait aussi référence à sa propre mort.

Alvin Dewey : Au fond Capote, vous êtes bien plus cynique que moi. 

Invité Didier Decoin

Fabrice DROUELLE et Didier DECOIN
Fabrice DROUELLE et Didier DECOIN © Radio France / Valérie Priolet

Pour nous aider à comprendre cette nouvelle littérature, cette effraction dans le réel, nous recevons Didier Decoin, auteur, journaliste, scénariste pour le cinéma et  la télévision… Il est aussi secrétaire général de l’Académie Goncourt. Il a écrit plusieurs romans dont John l’Enfer, prix Concourt en 1977, la Pendue de Londres en 2013 et ce merveilleux Dictionnaire amoureux des Faits divers en 2014 chez Plon. Dans ce livre il y a naturellement un chapitre sur Truman Capote et il termine le chapitre en écrivant : « De Sang Froid est un des dix livres les plus importants de ma vie » ! Qu’à donc ce roman « De Sang froid » de si intense, de si réaliste et de si fort ? Didier Decoin nous répond.

Les scénaristes Clara Saer et Zoé Gabillet

Vous retrouverez une mini biographie de Clara Saer et Zoé Gabillet ici. 

Générique

« De sang Froid : autopsie d'un roman maudit » de Clara Saer et Zoé Gabillet 

Avec :

  • Laurent Cléry : Truman Capote
  • Philippe Smith : Perry Smith
  • Julie Pilod : Harper Lee
  • Gérald Maillet : Alvin Dewey
  • Sarah Karbasnikoff : La journaliste
  • Yannick Morzelle : Le serveur
  • Et les voix de Lionel Mur, Benedicte Mbempa, Thomas Othello Pontier et Yvette Caldas
  • Bruitages : Sophie Bissantz
  • Prise de son, montage, mixage : Julien Doumenc, Emmanuel Armaing
  • Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu
  • Réalisation : Pascal Deux

Programmation musicale:

  • ALT J/PUSHA T : In cold blood
  • Nina SIMONE : Don't let me be misunderstood
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.