C'était en janvier 2011. Trois ingénieurs de Renault étaient brutalement mis à pied, accusés d'espionnage au profit de la Chine. Affaires Sensibles revient sur cette vraie-fausse histoire d'espionnage.

Le PDG du groupe Renault, Carlos Ghosn, pendant l'assemblée générale des actionnaires du groupe à Paris le 29 avril 2011, quelques semaines après le licenciement abusif de dirigeants en janvier pour un présumé espionnage industriel.
Le PDG du groupe Renault, Carlos Ghosn, pendant l'assemblée générale des actionnaires du groupe à Paris le 29 avril 2011, quelques semaines après le licenciement abusif de dirigeants en janvier pour un présumé espionnage industriel. © AFP / ERIC PIERMONT

Cette émission est une rediffusion du 24 novembre 2016

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.