15 septembre 2008

La banque Lehman Brothers, fleuron du système bancaire américain, poids lourd du capitalisme mondial, colosse et référence, se déclare en faillite .

29 septembre 2008, un trader au New York Stock Exchange
29 septembre 2008, un trader au New York Stock Exchange © Justin Lane/epa/Corbis

Dans cette chute, et vu la place qu’elle occupe sur le marché, elle emporte une partie de la finance américaine et mondiale dans un tourbillon qui nous renvoie au spectre de la crise de 1929 : la déflagration mondiale.

Le lendemain, nous entrons dans la crise du siècle, celle de notre monde globalisé, du règne des marchés, de la tourmente des dettes des états et des plans de rigueur, dont les peuples ne cessent de payer l’addition. Le 15 septembre 2008, le rideau tombe sur l’économie réelle, celle des richesses produites par les entreprises : il se lève en revanche sur la planète finance, celles des traders, des financiers, des fonds d’investissement et des écrans d’ordinateurs, diffusant jour et nuit des courbes et des chiffres en couleurs, qui traduisent les battements du cœur de la finance, et finalement... ses convulsions. Depuis septembre 2008, des centaines de milliards ont été débloqués par les États pour sauver telle ou telle banque, tel ou tel secteur du crédit... car sans crédit, il n’y a pas d’économie, ni pour les particuliers, ni pour les entreprises, ni pour les États. Dans la presse, l’actualité financière est sortie des pages éco : elle fait désormais la Une.

Les Indignés en Grèce, devant le Parlement à Athènes, le 16 juin 2011
Les Indignés en Grèce, devant le Parlement à Athènes, le 16 juin 2011 © ORESTIS PANAGIOTOU/epa/Corbis

Cela fait huit ans maintenant que les mots anxiogènes comme "subprimes", "titrisation", "agence de notation", "dégradation", "spéculation", accompagnent nos vies et décident de nos vies en lieu et place des peuples et de leurs représentants politiques, instaurant ainsi un déni de démocratie majeur. Cette crise de septembre 2008 et ses lourdes conséquences, nous n’en connaissons pas la fin… nous ne faisons que la subir.

Que s’est-il passé ce 15 septembre 2008 ? Quelles furent les dégâts de cette chute si brutale du système financier ? Pour en parler, nous recevrons l’économiste Paul Jorion , auteur de nombreux ouvrages sur le capitalisme américain, la crise et l’économie.

Aller plus loin

►►► "Un monde dans tous ses états", documentaire d'Hubert Védrine, réalisé par Pierre Oscar Lévy (2012).

Hubert Védrine sur son documentaire :

Notre Europe a tous les éléments pour devenir le pôle régulateur du désordre mondial,

un moteur de l’écologisation et du progrès social… Mais le temps presse.

Une émission à suivre, commenter et partager sur Facebook .

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.