Le 22 septembre 1992 des pluies diluviennes s’abattent sur le Sud-Est de la France !

Véhicules endommagés dans les rues inondées de Vaison-la-Romaine, le 23 septembre 1992 suite à la crue de l'Ouvèze.
Véhicules endommagés dans les rues inondées de Vaison-la-Romaine, le 23 septembre 1992 suite à la crue de l'Ouvèze. © AFP / ERIC CABANIS

En l’espace de quelques heures, les précipitations battent des records. Et très vite : certains habitants des départements de l’Hérault, du Gard, de la Lozère, de la Drôme et l’Ardèche se retrouvent les pieds dans l’eau… 

Non loin de là – dans le Vaucluse – personne ne se doute alors du drame qui va se jouer ! 

Sur place – en effet – Les rivières et les torrents débordent… Les maisons se retrouvent à leur tour inondées. Et bientôt une vague – Oui une vague monstrueuse haute plusieurs mètres – descend le lit d’une rivière et dévaste tout sur son passage !

Le soir à la télévision, les images de ce spectacle dantesque font l’ouverture des journaux télévisés. Avec elles, le nom d’un petit village de Provence : « Vaison-la-Romaine » revient en boucle dans la bouche des journalistes… 

Et pour cause : c’est ici – à Vaison – que le bilan humain est le plus dramatique ! On dénombre plusieurs dizaines de morts et autant de disparus ! Un bilan terrible à l’image de l’apocalypse qui s’est abattu sur la ville !

« Vaison ravagé ! Vaison isolé ! Mais Vaison sauvé ! » C’est cette histoire que nous allons vous raconter aujourd’hui.

Vidéo INA : 

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile

Invité Olivier Martocq

Depuis le bureau de France inter à Marseille – notre confrère le journaliste Olivier Martocq. Il était l’un des envoyés spéciaux de France inter à Vaison-la-Romaine. Vous entendrez sa voix dans les archives de ce récit.

Reportage d’Anaëlle Verzaux

Dix-huit ans après Vaison-la-Romaine, une autre catastrophe, une tempête suivie d’inondations, a entraîné la mort de 47 personnes.     C’était la tempête Xynthia. Elle a frappé principalement dans la nuit du 27 au 28 février 2010, cette fois-ci en Vendée et en Charente-Maritime. Dans la seule petite ville de La Faute-sur-Mer, qui comptait à l’époque 1000 habitants, il y a eu 29 morts.                         Aujourd’hui, huit ans après, des maisons sont toujours en zone inondable, dont celle de l’ancien maire de la commune, René Marratier, qui a été condamné à de la prison avec sursis pour avoir donné des autorisations de construire en zone inondable. Mais l’actuel maire, Patrick Joint, a repris en main la reconstruction…

Programmation musicale:

  • Jean RACINE : Rain and tears
  • Claude NOUGARO : Vie violence
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.