Une fiction écrite par Mariannick Bellot, réalisée par Laurence Courtois. Ce dernier épisode porte sur l’état de délabrement des écoles et du danger pour les enfants et leurs professeurs. Invité Philippe Pujol journaliste lauréat du prix Albert-Londres en 2014 pour une série sur les quartiers Nord de Marseille

Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille
Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille © Radio France / Mariannick Bellot

Le 5 novembre 2018 l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille a  provoqué la mort de huit personnes et est  venu témoigner de l'état d’insalubrité de nombreux immeubles dont des écoles publiques.

Il y a un an, la scénariste Mariannick Bellot est partie enquêter sur cette histoire et a travaillé avec l'association La Marelle, résidence d'écriture, à Marseille et avec qui nous avons conçu ce projet. Mariannick a enquêté, recherché des témoignages, rencontré des témoins assisté à l’émergence de collectifs citoyens mobilisés pour lutter et construit ainsi son scénario à partir du réel, de ce réel !

Vendredi dernier, pour le premier volet de cette fiction, nous rappelions un article du journal Libération, de Laurent Joffrin où il écrivait :  «  La deuxième ville de France n’est pas un monde à part, mais porte en elle peut être plus qu’ailleurs, toutes les vicissitudes et les promesses du monde d’aujourd’hui. La ville connaît des difficultés sociales majeures… et pâtit d’une mauvaise réputation de laisser-aller, de dilettantisme politique qui se traduirait sur des dossiers aussi importants que l’école, les transports et le logement. » Le Maire de Marseille a demandé un droit de réponse !

Tout le monde a l’air de se repasser la responsabilité, surtout ne pas assumer ! 

Comment cela peut exister dans une grande ville, comment des immeubles peuvent tomber par vétusté ? Comment des écoles publiques sous la responsabilité de la mairie, mal construites, ou au rabais par des entreprises choisis par la municipalité sont à ce point d’insalubrité ? Y a-t-il des passe-droits ? 

Extrait du scénario

Séquence 1 - Bureau

narrateur : Vendredi 14 décembre 10h, bureau de la Directrice Générale des Services, Métropole de Marseille

Honorine : Non mais là, vous me mettez au pied du mur. J’avais accepté de rencontrer M. Paul André Van Beckers en tant que représentant de l’ordre des architectes, et voilà que vous venez à 4. Ce n’est pas du tout la même chose. Vous, madame…

Nathalie : Nathalie Drouin, présidente de la CAPEB, du syndicat des artisans, PME et TPME Rhône Alpes,

Honorine : Oui, d’accord, je comprends pourquoi vous êtes là ;

Béatrice : Béatrice Da Silva, syndicat enseignant, et directrice d’école,

Hicham : Hicham Sertaoui, parent d’élève.

Honorine : Parent d’élève. On est là pour avoir une discussion technique. Je veux bien répondre à vos questions, mais pas revenir sur le B A BA de comment se passe la construction d’un bâtiment public comme une école, a fortiori de plusieurs écoles, pour une collectivité. 

Hicham : Ne vous inquiétez pas, j’ai plutôt bien suivi le dossier (euphémisme)

Honorine : Quant aux syndicats d’enseignants, votre point de vue est toujours très bienvenu, sur l’utilisation des locaux, les petits coins lecture, tout ça… Mais c’est la même chose que pour Monsieur Hichaoui (elle se trompe volontairement)

Hicham : Sertaoui

Honorine : Ici on s’occupe de ces questions du point de vue macro, avec une vue d’ensemble très élargie, je dirais même une vue d’avion qui englobe toute la métropole.

Béatrice :Moi dans mon école maternelle, les faux plafonds se sont écroulés sur le petit coin sieste, alors ça nous donne tout à fait envie d’étudier ces vues d’avion.

Paul André (apaisant) : Ce que veut dire Béatrice (Da Silva), c’est que nous sommes tous concernés par ce qui se passe pour nos enfants. 

Honorine : (Vous n’avez pas le monopole du cœur) : tous nos services se sentent très concernés par l’état de nos écoles, ici à Marseille. Et justement, nous mettons en œuvre des solutions, que vous et votre collectif cherchez à annuler purement et simplement.

Nathalie : Nous recherchons les meilleures solutions possibles, tout comme vous, et nous ne sommes pas certains que vous ayez eus tous les éléments d’information. 

Paul André : Nous, en tant qu’architectes, on est concernés au premier chef. Dans une MOP, maitrise d’ouvrage public, l’architecte est en contrat avec la ville de Marseille, vous imaginez bien que c’est dans notre code de déontologie de défendre les intérêts des citoyens.

Dans un PPP, nous travaillons directement pour l’entrepreneur, Bouygues, Vinci, Eiffage… Quand on est rémunéré par une major, et j’ai des exemples concrets, l’architecte n’est pas en position de s’opposer.

Le bien public est moins bien défendu.

Honorine : En tous cas, notre dossier de financement de la construction de 34 écoles, ce qui n’est pas rien, avec un PPP, a été validé par les services spécialisés du ministère de l’économie et des finances.

Paul André : Justement…

Honorine : Et je peux vous dire que ce dossier, je l’ai monté moi-même, et j’y ai apporté le plus grand soin, (car j’y suis très attachée).

Béatrice : Nous vous en sommes tous reconnaissants

Honorine _(elle lui coupe la parole) :  _C’est pour cela que j’ai accepté de vous recevoir aujourd’hui. Monsieur le Maire a bien senti une inquiétude démesurée chez ses concitoyens au sujet du Partenariat Public Privé concernant les écoles dites Pailleron, et j’espère que cette discussion va permettre de retrouver un climat sain dans cette ville. 

Bien. Vous prenez du café ? Sucre ? Lait ?

(réponses spontanées)

Honorine (elle appuie sur un micro d’ordre) : Kevin, vous m’apporterez 4 cafés dont un allongé. Avec les petits macarons s’il vous plait. 

Invité Philippe Pujol

Après le 1er prix Varenne de presse quotidienne régionale pour la série French deconnection, publiée dans La Marseillaise en 2012, Philippe Pujol a obtenu le prix Albert-Londres en 2014 pour la série d'articles « Quartiers shit » sur les quartiers nord de Marseille. De ces deux séries est né son premier livre French deconnection : au cœur des trafics. Son travail sur les quartiers populaires de Marseille comme sur les politiques qui en font depuis des décennies des quartiers de la relégation, ont ensuite trouvé un aboutissement dans le livre La Fabrique du Monstre : 10 ans d'immersion dans les quartiers nord de Marseille, la zone la plus pauvre d’Europe, publié en 2016 ( prix ESJ-Paris ). Il a également fait paraître : 

Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille
Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille © Radio France / Mariannick Bellot

Scénariste Mariannick Bellot

Mariannick Bellot tient à remercier le collectif Pour la Rénovation des Ecoles, l'association La Marelle, résidence d'écriture, Sandrine Dollinger de l'école Nationale à Marseille et ses élèves et Morgane Rémy. 

Générique

« Ecoles marseillaises : attention travaux ! »  Episode 2

Une fiction écrite par Mariannick Bellot

Réalisée par Laurence Courtois

Avec :

  • Mustapha Abourachid 
  • Ariane Ascaride   
  • Nathalie Boutefeu 
  • Marina Cappe  
  • Claire Dumas 
  • Eloïse Filippi 
  • Françoise Henry-Cumer 
  • Cédric Ido 
  • Isabelle Joly 
  • Marc Léonian 
  • Grégoire Monsaingeon 
  • Juliette Navis
  • Et les voix de Teddy Melis, Manon Leroy, Sébastien Falgain
  • Et les élèves de Sandrine Dollinger et de l’école de Marseille
  • Bruitage : Elodie Fiat
  • Prise de son, montage, mixage : Manuel Couturier, Emmanuel Armaing
  • Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu

Mariannick Bellot a bénéficié, pour l’écriture de ce texte, de la bourse de l'association La Marelle, résidence d'écriture,

Merci à Éléonore Lanoé, Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence, à Estelle Ferrari, Pascal Jourdana et à toute son équipe.

Merci à Philippe Pujol, Xavier Monier, Corinne Mezoni

Merci au collectif Marseille Contre les PPP devenu le collectif Pour la Rénovation des Ecoles,

Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille
Dessin des élèves de Sandrine Dollinger de l'école nationale à Marseille © Radio France / Mariannick Bellot

Programmation musicale 

  • MASSILIA SOUND SYSTEM : A Marseille 
  • MOUSSU T E LEI JOVENTS : Mademoiselle Marseille
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.