Au lendemain de l’élection de Donald Trump à la présidence des USA, nous vous proposons de réécouter l’histoire de l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour le 21 avril 2002.

Premier tour de l'élection présidentielle, 21 avril 2002, Jean-Marie Le Pen, candidat du FN, vient de faire son allocution
Premier tour de l'élection présidentielle, 21 avril 2002, Jean-Marie Le Pen, candidat du FN, vient de faire son allocution © Maxppp / Olivier CORSAN/BEP/LE PARISIEN

On aura employé toutes les expressions possibles et imaginables pour qualifier ce jour très particulier de la vie politique française : dans le langage politique et médiatique, le PS s'est retrouvé victime d'un séisme, d'une Bérézina, et même d'un 11-Septembre politique… On a entendu l’expression ici en France.

On aura tout dit de la cécité de nos élites et des instituts de sondage qui n'ont rien vu venir… Des journalistes si prompts à nous dire comment penser ou comment prévoir… Oui, nous tous qui exerçons le ministère de la parole, nous n’avons rien vu… ou rien voulu voir, ou trop tard….

Au bout du compte, est arrivé au deuxième tour un candidat qui s’est construit hors champs, hors du système politique traditionnel pour mieux lui faire porter le malaise ressenti par les Français….

Candidat populiste, hors-champs, hors des clous, démagogue… Ça vous rappelle quelque chose, de l’autre côté de l’Atlantique il y a deux jours ? Mais de quoi est composé ce parallèle entre Donald Trump et Marine Le Pen aujourd’hui ? Pourquoi se réjouit-elle de l’élection du candidat républicain aux Etats-Unis ? La montée des populismes qui se dessine ou qui se traduit dans les urnes aux quatre coins du monde occidental, que nous dit-elle de la pensée politique contemporaine, ou du vide de la pensée, ou de la peur d’en proposer une ?

Quels sont les responsabilités des politiques, des intellectuels, des médias et du développement des technologies numériques qui portent peut-être, elles aussi, une part de responsabilité ? Et comment rectifier le tir ?

Toutes ces questions, nous les poserons à notre invité, le philosophe Bernard Stiegler, qui dirige notamment depuis avril 2006 l'Institut de recherche et d'innovation qu'il a créé au sein du centre Georges-Pompidou et qui axe sa pensée sur les enjeux des mutations actuelles -sociales, politiques, économiques, psychologiques- portées par le développement technologique et notamment les technologies numériques. Auteur du livre "Pharmacologie du front national” (Flammarion 2013).

(Cette émission est en partie une rediffusion du 15 juillet 2015. L'émission initialement prévue "La Caravelle Ajaccio-Nice avec Mathieu Paoli est reportée à début décembre).

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.