Aujourd’hui, dans Affaires Sensibles, le procès d’O.J. Simpson, une saga américaine.

O.J. Simpson à son procès, entouré par ses avocats  le 22 Septembre 1995 à Los Angeles.
O.J. Simpson à son procès, entouré par ses avocats le 22 Septembre 1995 à Los Angeles. © AFP / PHOTO/POOL/REED SAXON

Il y a quelques jours, à San Diego, en Californie, il s’appelait Alfred Olango, il y a quelques semaines, à Charlotte, Keith Lamont Scott, deux afro-américains tués par la police lors d’une interpellation. Le nom de ces hommes vient s’ajouter à cette insupportable liste, qui, aux Etats-Unis, ne cesse, chaque semaine, chaque mois, de s’allonger. Un à un, ces afro-américains tués par les forces de l’ordre à travers le pays se succèdent sans que rien ne change. Alors, à chaque fois ou presque, le schéma se répète : la communauté noire sort dans la rue pour crier sa colère et la question raciale ressurgit à travers ces faits divers qui n’en sont plus.

Il y a vingt ans, c’est d’une toute autre manière que la question raciale est apparue au cœur de l’actualité américaine. Lorsque le 17 juin 1994, l’ancienne star de football américain, Orenthal James Simpson, est arrêté et inculpé pour le double meurtre de Nicole Brown et de Ronald Goldman, s’écrivent les premières lignes de l’une des plus grandes affaires criminelles américaines. Le procès qui s’ouvre, quelques mois plus tard, est rapidement baptisé « procès du siècle ». L’horreur du crime, la personnalité des protagonistes, l’argent dépensé, la médiatisation à outrance, le verdict et les répercussions politiques : tout est réuni pour faire de ce drame une saga digne des grandes productions hollywoodienne.

Parce qu’O.J. est noir, célèbre et riche, parce que tout l’accuse mais qu’il plaide non coupable, parce qu’on est à Los Angeles, cette histoire soulève, par son ampleur, la fracture sociale, culturelle et raciale qui divise les communautés noires et blanches aux Etats-Unis. Elle interpelle sur les limites du système judiciaire américain, en même temps que son modèle social. Elle donne à voir, enfin, le miroir d’un pays fracturé, dont les plaies ne sont toujours pas cicatrisées.

En seconde partie d’émission, nous reviendrons sur ces questions avec notre invitée, Sylvie Laurent, historienne, spécialiste de la question afro-américaine. Elle vient de publier un nouvel essai, La Couleur du Marché, aux éditions du Seuil.

LIVRE : Qui a peur de O. J. Simpson ? ou justice à l'américaine, de Jacqueline Jospitre, Ste Écrivains Associes, 2003

DOCUMENTAIRE : - O.J. : Made in America, de Ezra Edelman (2016)

Vidéo INA :

PROGRAMMATION MUSICALE :

SUGAR RAY Hold your eyes

SONIC YOUTH Superstar

►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.