Une fiction proposée par Christophe BarreyreEcrite par Jean-Benoît Patricot

et réalisée par Sophie-Aude Picon. "Marguerite Donnadieu, dite Duras, est née le 4 avril 1914 en Indochine, où ses parents sont enseignants. Son père est natif du Lot-et-Garonne, sa mère est fille de fermiers du Pas-de-Calais. Elle a déjà deux grands frères, Pierre, cinq ans, qui restera toujours le préféré de la mère et Paul, deux ans, celui que Marguerite appellera le petit frère. La famille a pu croire quelque temps aux mirages de la vie coloniale (belle maison de fonction, belle situation) mais, malade, le père est rapatrié en urgence en France où il meurt seul. La mère de Marguerite est envoyée comme simple institutrice dans un village du delta du Mékong.

Dès lors, Marguerite se retrouve plongée dans une nature luxuriante et se met à vivre comme une petite indigène. Sa mère, quant à elle, ne se résout pas à être reléguée au dernier rang de la société blanche. Elle veut faire fortune. Pour cela, elle harcèle les agents coloniaux qui distribuent des concessions au bord du Pacifique. Elle s’imagine déjà riche propriétaire mais son rêve vire au cauchemar. Les trois cents hectares de terre qui lui ont été attribuées, sont inondables et chaque récolte de riz est dévastée par les vagues. Elle ignorait qu’il fallait verser des pots-de-vin pour obtenir des terres nobles.

La fin de ses économies est emportée par le projet insensé de contenir la mer avec des barrages faits de sacs de sable et de rondins. Ruinée, elle n’est plus que le fantôme d’elle-même. Marguerite, qui a 15 ans, est envoyée au lycée à Saigon. C’est là que son chemin croise celui d’un jeune homme de 27 ans, un Chinois, fils d’un homme immensément riche. La mère est favorable à cette relation, d’autant que le Chinois participe financièrement à la vie de la famille. Marguerite ramène l’argent de son amant à la maison et récolte en échange les coups de sa mère dépressive et de son frère aîné.

L’idéal serait le mariage. La mère est prête à s’y résoudre malgré la mésalliance que cela représente, mais le père du Chinois, lui, s’y oppose. La rupture, moyennant finance, est inévitable. Toute la communauté de Saigon étant au courant du scandale, Marguerite doit quitter l’Indochine pour la France.

C’est l’histoire de cette liaison que Marguerite Duras racontera une première fois dans Un barrage contre le Pacifique , puis, trente-cinq ans plus tard, dans L’Amant."Extrait du scénario.

__

Le scénariste, Jean Benoît Patricot :

Jean-Benoît Patricot, scénariste
Jean-Benoît Patricot, scénariste © Radio France / Valérie Bour

Pour commencer, Jean-Benoît Patricot prend comme sujet de sa thèse de Docteur en pharmacie l’analyse d’une nuit de sommeil dans l’œuvre de Marcel Proust… avant de se lancer, véritablement, dans l’écriture. Son premier roman, Le roi c’est moi, parait chez Buchet-Chastel. Puis il reçoit l’aide à l’écriture de la Fondation Beaumarchais et les encouragements du CNT pour sa pièce de théâtre PompierS. Son texte Darius est le prix Durance-Beaumarchais SACD du Festival de Grignan 2014. PompierS et Darius sont publiés aux Éditions de l’Amandier. Il est également auteur de pièces radiophoniques telles que Dans les pharmacies, Germaine Tillion ou Belle comme un Ange diffusées sur France Inter. Enfin, il adapte pour la scène, sous le titre d’Un homme courageux, le roman américain The Brave (Rafael, derniers jours) de Grégory McDonald. Avec Francesca Pollock, il écrit un livre pour enfants sur le handicap, À la rencontre de Ferdinand, publié chez HD éditions dont il fait les illustrations.

L'invitée :

Laure Adler avait écrit en 1998 la biographie de Marguerite Duras. Elle dresse aujourd'hui un portrait en images, un portrait physique, pourrait-on dire, explorant les "différentes strates" de sa vie et de son œuvre à travers les empreintes laissées sur son passage.

"Je n'ai jamais menti dans un livre.", voilà par quelle citation Laure Adler a choisi de commencer. Manière de rappeler que c'est là avant tout qu'il faut chercher la vérité de Duras.

Marguerite Duras
Marguerite Duras © Radio France / Laure Adler

Marguerite Duras Laure Adler (Flammarion - 256 pages - 300 illustrations - 39,90 Euros).

Les coulisses :

Le travail des comédiens
Le travail des comédiens © Radio France / Valérie Bour
Sophie-Aude Picon, réalisatrice
Sophie-Aude Picon, réalisatrice © Radio France / Valérie Bour

Générique :

« Marguerite Duras et le goncourt, une histoire en deux temps »

De Jean-Benoît Patricot

Avec

Marguerite Duras : Anne-Elodie Sorlin

Jerôme Lindon : Bernard Gabay

Madeleine Renaud : Christine Brucher

Yann Andréa : Jean-Luc Vincent

Martin : Emmanuel Laskar

Narration : Mélissa Barbaud

Présentation : Frabrice Drouelle

Bruitages : Bertrand Amiel

Prise de son, montage et mixage : Martin Delafosse et Lidwine Caron

Assistants à la réalisation : Felix Levacher et Clémence Gross

Réalisation : Sophie-Aude Picon

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.