Aujourd’hui dans Affaires Sensibles , une histoire d’amour, entre une jeune professeure et un élève un peu plus vieux que ses camarades. Cette histoire vous la connaissez sans doute sous le titre Mourir d’aimer , le film d’André Cayatte où Annie Girardot joue le rôle principal, sorti en 1971.

Reproduction d'une photo de Gabrielle RUSSIER (à gauche) datant des années 1970
Reproduction d'une photo de Gabrielle RUSSIER (à gauche) datant des années 1970 © MaxPPP

Raconter l’histoire de Gabrielle et de Christian, c’est se plonger dans les années où la télévision rencontrait la couleur, où Jean-Luc Godard filmait une jeunesse maoïste en recherche d’utopie et de révolution dans le film La Chinoise , où la guerre du Vietnam devenait une cause internationale, où le général de Gaulle vivait ses derniers mois à la tête de la France et de cette décennie des années 60 qui façonna de la tête au pied et dont il devra quitter la scène au printemps 1969.

1969, année érotique dira Gainsbourg. Et pourtant, cette année là, une femme est en prison à cause de son amour. Un an après les évènements de mai 68, si certains ont rêvé de révolution, celle-ci se laisse désirer dans bien des pans de la société. La France reste coupée en deux, entre ceux portés par un vent de liberté et de changement, et ceux bloqués à l’arrière du temps, protecteurs de temple et d’utopie dépassés.

Retourner dans les pas de Gabrielle et Christian, partager un temps leurs amours et les attaques contre leur histoire, c’est effleurer la frontière de ces deux mondes, ces deux époques qui se sont face en cette fin de décennie.

Pour parler de Gabrielle, Christian et de cette époque, nous recevrons en seconde partie, monsieur Michel Viot, pasteur à l’époque des faits, il a accompagné Gabrielle dans ses derniers instants et a aidé Christian à poursuivre sa route.

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.