Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, l'histoire d'une réforme aussi controversée qu'historique : la loi de séparation des Églises et de l'État.

Carte postale encourageant la séparation de l’Eglise et de l'Etat, 1905. Avant la loi, l'Etat persécute l’Eglise, après la loi, Eglise et Etat vivent en harmonie
Carte postale encourageant la séparation de l’Eglise et de l'Etat, 1905. Avant la loi, l'Etat persécute l’Eglise, après la loi, Eglise et Etat vivent en harmonie © AFP / JAIME ABECASIS / LEEMAGE

Le 3 juillet 1905, l’Assemblée Nationale coupe le cordon qui liait depuis des siècles, sous une forme ou une autre, l’Etat à l’Eglise catholique. Désormais, la religion devient une affaire privée. C'est le début de ce qu'on appelle la « laïcité à la française ». Pourtant, entre les anticléricaux qui voulaient détruire le catholicisme et les religieux qui criait à la persécution, le parlement était loin d'être unanime sur la question...En réalité, si la loi a pu voir le jour c'est surtout grâce au travail acharné d'un homme : Aristide Briand. Ainsi, pendant les longs mois de préparation puis de discussion du texte, Briand s’est à la fois employé à rassurer les catholiques, mais aussi à désarmer les laïcistes les plus virulents.

Aristide Briand en 1905
Aristide Briand en 1905 © Getty / Hulton Archive

Alors, comment ce député novice de 42 ans, à l'allure un peu bohème, a-t-il réussi à rassembler la majorité des parlementaires autour de ce projet ? Pourquoi une telle loi a été nécessaire ? Et surtout : que dit-elle, cette loi de 1905 ? 

Un récit documentaire de Guillaume Ballandras 

Invitée : 

Valentine Zuber, directrice d’études, chaire de  "Religions et relations internationales » à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. Autrice notamment de La Laïcité en débat. Au-delà des idées reçues, chez Cavalier Bleu (nouvelle édition 2020). Et à paraître courant 2021 aux Presses Universitaires de Rennes : Histoire et postérité de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Nouvelles approches, co-écrit avec Emmanuel Decaux et Alexandre Boza. 

A lire  : La laïcité française, une exception historique, des principes partagés, un article de Valentine Zuber dans la Revue du droit des religions (7/2019)

et aussi : La loi de 1905 n'aura pas lieu. Histoire politique des Séparations des Eglises et de l'Etat (1902-1908), Tome 1 : L'impossible « loi de liberté » (1902-1905), de Jean Bauberot avec la collaboration de Dorra Mameri-Chaambi, aux éditions de la Maison des sciences de l'Homme (2019)
 

Programmation musicale : 

  • Jean Ferrat : Le sabre et le goupillon (1964)
  • Georges Brassens : Tempête dans un bénitier (1976)
  • Jeff Buckley : Hallelujah (1994)
L'équipe