20 septembre 1992, le traité est accepté de justesse avec un "oui" qui l’emporte par 51,04% des voix. Que reste-t'il de ce traité 26 ans après dans notre Europe ? Invité Laurent Joffrin directeur de Libération en partenariat une fois par mois.

Vue d'une affiche appelant à voter lors du référendum sur la ratification du traité de Maastricht, le 9 septembre 1992 à Paris.
Vue d'une affiche appelant à voter lors du référendum sur la ratification du traité de Maastricht, le 9 septembre 1992 à Paris. © AFP / FRANCOIS XAVIER MARIT

Cette émission est une rediffusion du 27 avril 2016, nous recevions alors Jean Quatremer, journaliste à Libération, spécialiste des questions européennes. A ré/écouter ici. 

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles,une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

26 ans plus tard, l’Union européenne est plus que jamais fragilisée : Dans presque tous les pays de l’Union, l’audience des partis populistes s’accroît, à tel point qu’ils gouvernent maintenant l’Italie, troisième puissance économique de la zone euro. 

Alors pourquoi l’Europe, présentée en 1992 par les tenants du traité de Maastricht comme LA solution, apparaît-elle  pour les peuples qu’elle fédère, LE problème ?

A un peu moins d'un an des prochaines Européennes, voici une question en forme de désillusion sur laquelle nous allons réfléchir après le récit avec notre invité. 

Invité Laurent Joffrin

Laurent Joffrin directeur du quotidien Libération, notre partenaire une fois par mois. 

Programmation musicale:

  • ARNO : Putain putain
  • U2 : One
  • DOMINIQUE A : Aujourd'hui n'existe pas

Affaires sensibles : une émission de France Inter en partenariat avec l’INA, préparée aujourd’hui  par Johan Denin  

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.