1980 au terme d’un impressionnant bras de fer diplomatique de plusieurs mois, près de 50 nations – les États-Unis en tête – vont refuser de participer aux épreuves olympiques.

Boycott dirigé par l'Union soviétique à Los Angeles, États-Unis Le 10 mai 1984
Boycott dirigé par l'Union soviétique à Los Angeles, États-Unis Le 10 mai 1984 © Getty / Pool FRANCOLON/SIMON / Contributeur

En plein cœur de la guerre froide, l’évènement devait être le symbole d’une grande fête des peuples. L’occasion de célébrer « la détente » entre les deux camps. L’opportunité – enfin – de prouver aux yeux du monde que des pays socialistes pouvaient intégrer le grand concert des nations… Ce fut en réalité un échec !

Car si les Jeux Olympiques de Moscou sont restés dans les mémoires, c’est pour une toute autre raison : celle d’un « boycott » !

Longtemps considéré comme une conséquence directe de la politique étrangère – agressive – de l’Union soviétique, cet épisode connaît depuis plusieurs années un éclairage nouveau. Grâce à des documents d’archives inédits et au travail d’enquête de plusieurs historiens, on a découvert que –derrière le masque des bons sentiments diplomatiques – c’est le président américain Jimmy Carter qui tirait ici les ficelles d’un jeu géopolitique au service de ses propres intérêts.

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Invité Maurice Vaïsse

Nous recevrons l’historien Maurice Vaïsse. Grand spécialiste des questions de relations internationales et de la guerre froide, il nous apportera son décryptage sur le contexte qui entoure toute cette affaire.

à signaler son dernier livre : Dans les archives secrètes du Quai d’Orsay, l’engagement de la France dans le monde 1945-2001 vient de paraitre aux éditions L’Iconoclaste.

Documentation

Programmation musicale

  • Marie-Flore: Passade digitale
  • BEN FOLDS FIVE: Hospital song
  • ANTONY and THE JOHNSONS: Epilepsy is dancing
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.