Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, le schisme de Monseigneur Lefebvre.

Monseigneur Lefebvre, le 30 Juin 1988 en Suisse
Monseigneur Lefebvre, le 30 Juin 1988 en Suisse © Getty / Pool APESTEGUY/MORVAN/Gamma-Rapho

« Schisme » : à prononcer et entendre ce mot, on a le sentiment quasi immédiat d’être renvoyés à nos manuels d’histoire. On pense Moyen-âge, guerres de religion, croisades ou monarchie de droit divin. Et pourtant, le schisme de Monseigneur Lefebvre s’est déroulé il y a à peine trente ans. Le 30 juin 1988, l’archevêque Marcel Lefebvre consacre quatre évêques contre la volonté du Pape. Cet acte provoque son excommunication et le dernier schisme, à ce jour, de l’Eglise catholique.

Le schisme, dans le cas de la religion catholique, s’exprime par le refus de la soumission au Pape ou de la communion avec les membres de l’Église qui lui sont soumis. Il est souvent le résultat d’une confrontation doctrinale ou théologique. L’histoire du schisme lefebvriste, c’est l’histoire de l’affrontement entre deux Églises, une Église intégrale et une Église moderne. C’est l’histoire de deux mouvements contraires, dont la confrontation, sur plus d’une décennie, ne pouvaient amener qu’à la rupture : d’un côté une volonté, celle de Rome, de faire évoluer le catholicisme au rythme de son temps, de son époque, de la modernité. De l’autre un refus, celui de Monseigneur Lefebvre et de ses fidèles, de rompre avec la tradition, l’autorité et l’ordre. Deux voix contraires, qui reflètent deux visions du monde.

A travers le parcours de Marcel Lefebvre, les origines et les conséquences du schisme, cet événement nous plonge au cœur de la religion catholique contemporaine, interroge son rapport à la société et à la politique et surtout souligne la particularité de la France au cœur de ces questions. Comment, celle qui fût « la fille aînée de l’Église » avant de faire de la laïcité l’un des piliers de son système républicain, est-elle devenue le théâtre privilégié des mouvements intégristes ? En quoi le schisme lefebvriste reflète-t-il aussi une singularité française face à ces mouvements, et ce, jusqu’à aujourd’hui ?

En seconde partie d’émission, nous reviendrons sur ces questions avec Bernadette Sauvaget, journaliste spécialiste des questions religieuses au quotidien Libération, notre partenaire tous les quinze jours.

Reportage

Que reste-t-il du Lefebvrisme aujourd'hui ? On va le voir avec le reportage d’Anaëlle Verzaux, qui est allée à l’église St Nicolas du Chardonnet, une église traditionnaliste située en plein cœur de Paris… Jeudi 8 septembre, elle a assisté au cours de catéchisme de l’abbé De La Rocque.

En tant que membre de la fraternité Saint Pie X, il partage exactement les idées de Monseigneur Lefebvre, et les transmets dans ses cours, qui réunissent environ 150 personnes par semaine…

Vidéo INA

►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.