L’histoire d’une lutte contre le temps, d’une urgence face à la mort, celle des militants d’ACT UP.

Vue générale sur le préservatif rose géant placé par Act Up sur l'obélisque de la Concorde, à Paris, le 1er décembre 1993
Vue générale sur le préservatif rose géant placé par Act Up sur l'obélisque de la Concorde, à Paris, le 1er décembre 1993 © AFP / Gérard Julien

L’histoire de ces combattants est revenue sur le devant de la scène en mai dernier, à Cannes, lors du festival, grâce au film intitulé 120 battement par minute, de Robin Campillo. Sous le regard du cinéaste, la chronologie des faits se bouscule mais tout y est dit, la fureur de vivre, les matins avec les médicaments, les réunions hebdomadaires de l’association, la lutte contre les labos, contre l’Église, contre l’État, les amours et puis les montées vers le sanatorium au Père Lachaise.

Dans la première partie de l’émission, nous reviendrons sur le début de l’association, ses premières années de 1989 à 1996, un temps où l’usage du préservatif n’était pas automatique, loin s’en faut, où la peur, la panique même, a précédé la solidarité, où les malades étaient oubliés en ces temps maudits où l’acte d’amour, la sexualité libre et choisie a débouché, tant de fois sur le drame, alimentant au passage une homophobie encore vive dans la France des années 80.

Raconter l’histoire d’ACT UP, c’est raconter une histoire du sida, un récit politique, social et médical, le marqueur d’une génération, celle des séropos, pris dans l’urgence d’une mort qu’on leur assurait prochaine.

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Invité Christophe Martet

En deuxième partie d’émission, nous recevrons en Christophe Martet, qui fut président d’Act Up de 1994 à 1996.

Reportage

Notre reporter Anaëlle Verzaux a assisté à la renaissance d’Act Up. Après la sortie du film de Robin Campillo « 120 battements par minute », de nombreux jeunes ont rejoint l’association, qui s’essoufflait.

Au cours d’une réunion hebdomadaire d’Act Up, elle a rencontré des jeunes qui racontent les difficultés à vivre avec le VIH, encore aujourd’hui : les effets secondaires des médicaments, le rejet de l’entourage…et qui expliquent aussi pourquoi selon eux, le nombre de contaminations en France augmente chez les moins de 25 ans.

Documentation

Programmation musicale

  • BRONSKI BEAT : Smalltown boy
  • BARBARA : Sid'amour à mort
  • TAXI GIRL/Daniel DARC : Chercher le garçon
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.