Au cœur des années 80, cette sexagénaire aux allures de petite mamie coquette est accusée d’avoir assassiné et découpé son ex-amant à la tronçonneuse, un certain Bernard Hettier.

Simone Weber à Nancy, le 28 fevrier 1991, pendant son procès
Simone Weber à Nancy, le 28 fevrier 1991, pendant son procès © Maxppp / Patrick BRUMENT/BEP/L'EST REPUBLICAIN

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, retour sur l’une des affaires judiciaires plus énigmatiques de la fin du XXe siècle : l’affaire Simone Weber, surnommée « la diabolique de Nancy ». Au cœur des années 80, cette sexagénaire aux allures de petite mamie coquette est accusée d’avoir assassiné et découpé son ex-amant à la tronçonneuse, un certain Bernard Hettier.

Après cinq longues années d’enquête diligentée par le juge Gilbert Thiel, le procès s’ouvre début 1991. Il n’y a alors ni cadavre, ni preuves formelles, ni aveu. Rien que des indices.

« La diabolique de Nancy », c’est l’histoire d’une femme à la personnalité troublante, en quête d’honorabilité. Roman noir provincial digne de Georges Simenon, l’affaire a pour cadre la Lorraine industrielle du milieu des années 80. Une région qui se paupérise, où il faut parfois bricoler pour s’en sortir. Un univers où l’on s’observe entre voisins, et où règnent la rumeur et les racontars.

L'invitée

Pour revenir sur l'affaire et le personnage, nous recevons Anne-Sophie Martin, journaliste spécialisée dans le traitement des faits divers et auteur de Crimes de femmes, 25 histoires vraies (Points, 2004).

Programmation musicale

  • Agnes Obel - It's happening again
  • Véronique Sanson - Le temps est assassin

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.