Dans "Affaires Sensibles", voici le procès d'un livre écrit en 1928 par l'écrivain britannique, D. H. Lawrence, et attaqué des décennies plus tard pour publication obscène. Notre invitée Mathilde Damoisel, réalisatrice du documentaire "Le Procès de Lady Chatterley, orgasme et lutte des classes dans un jardin anglais".

Image de scène tirée de l'adaptation cinématographique du livre "Lady Chatterley's Lover", sur la photo Danielle Darrieux dans le rôle de Lady Chatterley et Erno Crisa dans celui de JagdhueterMellors.
Image de scène tirée de l'adaptation cinématographique du livre "Lady Chatterley's Lover", sur la photo Danielle Darrieux dans le rôle de Lady Chatterley et Erno Crisa dans celui de JagdhueterMellors. © Getty / Derek Berwin /

En France, lorsqu'on ne le confond pas avec Lawrence d'Arabie, le britannique D. H. Lawrence reste dans les esprits comme l'auteur du récit des amours torrides de Constance et de son garde-chasse, le fameux Amant de Lady Chatterley

Étonnant destin que celui de ce livre, écrit en 1928 et qui suscita tant de fantasmes et de malentendus. 

Un texte réputé sulfureux, pornographique, qui fut longtemps censuré en Grande-Bretagne. 

Mais en 1960, trente ans après la mort de l’auteur, un éditeur, Penguin Books, décide de le publier

Résultat immédiat : la couronne britannique l’attaque pour publication obscène. 

Un procès retentissant s’ouvre alors à la Cour criminelle de Londres.

Six jours durant, L’Amant de Lady Chatterley est appelé à la barre : ses censeurs fustigent le réalisme des scènes de sexe, le roman d’une femme immorale, l’histoire d’un adultère qui se termine bien. La tuile pour les moralistes. 

Les défenseurs du livre, bien plus nombreux, rendent hommage, au contraire,  au courage d’un écrivain engagé, visionnaire, au plus près de la vérité émotionnelle. 

Tous soulignent la modernité d’une œuvre qui décrit, comme jamais auparavant, l'émancipation d’une femme à travers sa conquête du plaisir. 

N’est-ce pas ça, d’ailleurs et au fond, ce que l’on reproche à Lawrence, d’avoir su si bien su décrire le plaisir féminin ?

L'invitée : Mathilde Damoisel 

Notre invitée est la réalisatrice Mathilde Damoisel

En 2019, elle signe le très beau documentaire Le procès de Lady Chatterley, orgasme et lutte des classes dans un jardin anglais, produit par Quark et diffusé surArte

Ressources complémentaires :

Programmation musicale :

  • CELESTE : Strange
  • Peggy LEE : Fever
  • THE BEATLES : Girl
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.