Aujourd’hui, dans Affaires Sensibles , les émeutes de Los Angeles en 1992.

Patrouille dans les rues de Los Angeles en avril 92
Patrouille dans les rues de Los Angeles en avril 92 ©

Le 9 août 2014, à Ferguson, aux États-Unis, Michaël Brown, un jeune afro-américain de 18 ans, est tué par Darren Wilson, un policier blanc qui voulait l’interpeller pour le vol d’une boîte de cigarillos. Quelques mois plus tard, Darren Wilson sort libre de son procès. Alors, on ajoute le nom de Michaël Brown à cette liste insupportable, cette plaie de l’Amérique contemporaine qui voit, à intervalle régulier, un jeune noir frappé ou tué par des policiers blancs. Trop souvent, ces derniers échappent à toute sanction pénale. Et en réponse, des quartiers entiers se soulèvent.

L’illustration la plus tragique de ce schéma infernal s’est déroulée à Los Angeles, en 1992. Le 29 avril de cette année-là, un jury populaire acquitte quatre policiers accusés d’avoir molesté Rodney King, un jeune afro-américain, lors d’une arrestation. Pendant six jours, ce verdict plonge la ville dans un chaos terrible retransmis en direct à la télé. Los Angeles devient le théâtre des plus grandes émeutes de l’histoire contemporaine américaine.

La cité des anges. Cette mégalopole tentaculaire est l’élément principal de ces événements difficiles à nommer : émeutes raciales, agitation sociale, insurrection citoyenne ? Au-delà des mots, cette ville symbolise toutes les tensions et contradictions de l’hyperpuissance américaine des années 90. Au cœur de Los Angeles, deux nations cohabitent, celle d’Hollywood et celle de South Central, autrement dit celle des nantis et celle des oubliés du rêve américain.

En seconde partie d’émission, nous recevrons Pap N’Diaye, historien, spécialiste de l’Amérique du Nord, il est l’auteur notamment des livres intitulés « La démocratie américaine au XXème siècle et Les Noirs américains : en marche pour l’égalité » .

Archive INA : les quartiers noirs de Los Angeles suite aux émeutes en 92

Les invités

Les références

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.