20 août 1940. Alors que l’Europe est empêtrée dans la seconde Guerre Mondiale, une nouvelle retentissante passe presque inaperçue : Léon Trotski, l’un des principaux artisans de la Révolution russe de 1917, est assassiné à coups de piolet au Mexique au terme d’une mission d’espionnage digne des plus grands polars.

Trotsky à l'hôpital, mortellement blessé (à gauche), la réaction de sa veuve (au centre), et l'agresseur également blessé. Publié dans le magazine Time le 2 septembre 1940.
Trotsky à l'hôpital, mortellement blessé (à gauche), la réaction de sa veuve (au centre), et l'agresseur également blessé. Publié dans le magazine Time le 2 septembre 1940. © Getty / Hulton Archive

Le tueur est un certain Jacson, agent du Kremlin.  C’est en effet la main de Staline qu’il faut voir derrière ce coup fatal. En faisant liquider son ennemi absolu, le petit père des peuples met fin à 30 ans de rivalité avec Lev Davidovitch Bronstein alias Trotski. Une vengeance froide et aveugle…  Mais cette fin tragique n’était-elle pas la pièce qui manquait à l’édification du mythe de Léon Trotski ? Un récit documentaire de Eloïse Daviaud

Invité : 

L'historien Alain Frerejean : il a publié en 2016 : Staline contre Trotski, chez Perrin. Son dernier livre paru à l'automne dernier : Les grands discours des présidents des États-Unis (dans la collection Archipoche de l'éditeur Archipel) et à paraître en mars, un livre sur Napoléon et Goya. 

Programmation musicale : 

  • Ivan Rebroff : Nuits de Moscou
  • Georges Moustaki : Sans la nommer (1972)
  • Calvin Russel : Like a revolution (2009)
L'équipe