Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, la première élection du président de la République au suffrage universel direct en 1965. Invité Jean Garrigues, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Orléans.

Photo prise le 29 novembre 1965, à Paris les bulletins de vote des six candidats à l'élection présidentielle posés sur des tracts de propagande électorale.
Photo prise le 29 novembre 1965, à Paris les bulletins de vote des six candidats à l'élection présidentielle posés sur des tracts de propagande électorale. © AFP / AFP

Le 5 décembre 1965, les Français se rendent aux urnes pour un scrutin inédit : ils désignent eux-mêmes leur Président de la République pour la première fois parmi 6 candidats qu’ils ont découvert médusés devant leur poste de télévision au cours de la première campagne officielle télévisée. 

Cette révolution institutionnelle a été portée par le Chef de l’Etat, le Général de Gaulle, et plébiscitée par les Français par référendum 3 ans plus tôt. Convaincu que le Président de la République est la clé de voûte des institutions, ce mode de scrutin est selon lui  le chaînon manquant du régime présidentiel établi par la constitution de 1958. Le moyen d’assurer à ses successeurs légitimité et autorité. Deux qualités dont l’Histoire l’a déjà doté. Ce premier scrutin d’ailleurs ne sera, croit-il, qu’une formalité pour lui.  A moins que rien ne  se passe comme prévu…

Aujourd’hui, le pouvoir conféré au président de la République par l’élection au suffrage universel direct est très critiqué. Nous verrons que c’est pourtant le caractère démocratique de ce premier scrutin qui failli faire manquer à de Gaulle son rendez-vous avec son peuple. 

Invité Jean Garrigues

Jean Garrigues, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Orléans. Il vient de faire paraître La République incarnée. De Léon Gambetta à Emmanuel Macron, Perrin, 2019. On citera également : Elysée Circus aux éditions Tallandier en 2016 et Les hommes providentiels au Seuil 2012. 

Jean GARRIGUES
Jean GARRIGUES © Radio France / Valérie Priolet

Ressources complémentaires

Programmation musicale :

  • Eddy MITCHELL : Et s'il n'en reste qu'un
  • Claude FRANCOIS : Même su tu revenais
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.