Aujourd’hui dansAffaires Sensibles , retour sur l’un des dossiers les plus épineux de la Ve République, et non encore élucidé : l’attentat de Karachi, surveni le 8 mai 2002. Ce dossier fait encore peser de lourds soupçons sur certains de nos responsables politiques.

Hommage national au 11 victimes de l'attentat de Karachi
Hommage national au 11 victimes de l'attentat de Karachi © Sipa

Ouvrir le « dossier Karachi », c’est « tenter de se glisser dans les failles d’un immense mur du silence ». Ou par analogie encore, c’est essayer d’ouvrir un coffre-fort enfoui dans les sous-sols de l’État. Cette affaire, c'est aussi un immense puzzle politique, diplomatique, industriel, militaire et financier... Un puzzle dont les pièces ont été disséminées aux quatre coins du globe, dispersées dans plusieurs dossiers judiciaires, mises à l’abri dans des coffres blindés ou encore sous la tutelle du secret défense, un cadenas dont beaucoup de journalistes et enquêteurs essaient toujours de trouver la combinaison.

Ici, dans les arcanes de la République, la morale et la vertu cèdent la place à l’opacité et au secret.

Ce qu'on a compris, malgré tout, c’est qu’il y a deux affaires dans l’Affaire : chacune avec ses propres questions mais avec le sentiment que toutes les deux sont liées.

Pour en parler, nous avons invité le journaliste de _**Médiapart**_ , **Fabrice Arfi** . Il est l’auteur, avec **Fabrice Lhomme** , du livre**_Le sens des affaires_** , et d'un documentaire sur l'histoire de l'attentat de Karachi intitulé **_L’argent, le sang et la démocratie_** édité en 2013.
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.