Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, Anders Breivik : le monstre d’Utoya.

Anders Behring Breivik, qui a tué 77 personnes dans le double attentat en Norvège, le 16 Avril 2012, lors de son procès
Anders Behring Breivik, qui a tué 77 personnes dans le double attentat en Norvège, le 16 Avril 2012, lors de son procès © AFP / POOL / HEIKO JUNGE

Le 22 juillet 2011, à 15h21, en plein cœur d’Oslo, une bombe explose au pied de l’immeuble qui abrite le siège du cabinet du premier ministre Norvégien. L’attentat fait 8 morts et une quinzaine de blessés. Deux heures plus tard, en fin d’après-midi, à 40 kilomètres de la capitale norvégienne, sur la petite île d’Utoya, une fusillade éclate dans un camp d’été de jeunes militants politiques. Bilan : 69 morts et des dizaines de blessés affreusement mutilés par balles…

En l’espace d’une journée : la Norvège, pays d’Europe du Nord, d’ordinaire plutôt calme, bascule dans l’horreur… Et très vite, on s’interroge, s’agit-il là d’un double attentat terroriste ? S’agit-il de l’œuvre d’un acte à connotation islamiste ? Qui pouvait donc en vouloir à toutes ces victimes dont la grande majorité était des jeunes âgées seulement de 15 à 25 ans ?

Le soir même, en direct à la télévision, le grand public découvre le visage de l’homme responsable des deux attaques. L’individu n’a pas le profil d’un terroriste islamiste. Non ! Il est jeune, grand et blond. Il est Norvégien. Il s’appelle : Anders Behring Breivik !

Le lendemain, lors de ses premiers interrogatoires il reconnaît les faits qu’il justifie au nom de motifs idéologiques d’extrême droite ! Au même moment, sur internet, des internautes relaient ses vidéos de propagandes et son manifeste de plus de 1.500 pages, dans lequel on découvre ses théories xénophobes et haineuses… Une question est alors sur toutes les lèvres : Breivik est-il fou ? Ou a-t-il agi en toute conscience ? C’est à cette question que devront répondre les juges du tribunal d’Oslo, 9 mois plus tard.

Après le récit, avec nous pour revenir sur cette affaire, le chef du service Police-Justice de France info, Laurent Doulsan. Vous l’entendrez dans les archives car il était l’un des deux envoyés spéciaux de France inter sur place lors de l’ouverture du Procès d’Anders Breivik.

Vidéo INA :

Programmation musicale :

  • Nightcall de Kavinsky et Lovefoxxx (Records makers)
  • Runaway de Aurora (Capitol)

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.