En ce début d’année 1968, personne ne peut prévoir ce qu’il va se passer quelques mois plus tard, ni que la fin de règne du général de Gaulle est en marche...

Georges Pompidou et Edouard Balladur, membre de son cabinet, lors la première session des "négociations" Grenelle à Paris le 25 mai 1968 lors des événements de mai-Juin 1968.
Georges Pompidou et Edouard Balladur, membre de son cabinet, lors la première session des "négociations" Grenelle à Paris le 25 mai 1968 lors des événements de mai-Juin 1968. © AFP / UPI

Georges Pompidou dirige alors son quatrième gouvernement. Il est Premier Ministre depuis avril 1962. Il sait que sa majorité commence à se diviser, que l’opposition serre les rangs, mais ce n’est pas une fronde parlementaire qui va le faire vaciller et faire trembler le régime, c’est au contraire une véritable émeute populaire que personne n’a prévue.

Tout commence durant les premiers mois de 68 par des manifestations estudiantines ... Georges Pompidou est encore très populaire. Mais rapidement, la situation va dégénérer. Une première nuit d’émeute a lieu dans le Quartier Latin la nuit du 3 au 4 mai. La réplique relativement ferme de la police et de la justice va amplifier le mécontentent et provoquer la fermeture de la Sorbonne. Si les syndicats et les hommes politiques de gauche sont encore sur la réserve, les Parisiens soutiennent plutôt les jeunes insurgés.

Alors qu’il est en voyage en Afghanistan, le 10 mai, Georges Pompidou apprend que la situation s’aggrave et son directeur de Cabinet à Matignon, Michel Jobert, l’invite à rentrer rapidement. Dès son retour, Pompidou va s’opposer au Général de Gaulle qui demande de la fermeté avant tout, en proposant au contraire de la conciliation.

Georges Pompidou fait réouvrir la Sorbonne et s’engage dans des discutions avec les syndicats. Mais rien n’y fait, le 13 mai un flot humain se déverse dans Paris, une grande manifestation qui réunira pour la première fois les étudiants, les syndicats et toute la gauche.

Les usines commencent alors à débrayer. Lentement la paralysies et la grève générale s’installent. Pour Pompidou la situation devient explosive. D’autant qu’au parlement, il échappe de justesse le 22 mai à une motion de censure de la gauche soutenue par les libéraux et certains gaullistes. Le chef de l’état laisse percer sa mauvaise humeur. Georges Pompidou doute.

C’est alors qu’a lieu l’un des épisodes les plus étranges de la Vème République, la disparition du Général De Gaulle.

Une émission proposée par Christophe Barreyre

Ecrite par Laurent Martin

Laurent Martin, scénariste
Laurent Martin, scénariste © Radio France / Emmanuelle Fournier

Réalisée par Sophie-Aude Picon et Juliette Goux

*Le scénariste, Laurent Martin :
*

Après avoir été libraire, archéologue, professeur de lettres et d’histoire-géographie en lycée professionnel, Laurent Martin se consacre pleinement à l’écriture. Il a publié une dizaine de romans policiers aux éditions Gallimard, Le Masque, le Passage, le Serpent à plumes... Il a écrit de nombreux articles consacrés à la littérature et aux beaux-arts.En 2006 il fonde avec Stéfanie Delestré le magazine « Shanghaï Express » consacré à la littérature de genre. Il est également scénariste pour la télévision et collabore depuis une dizaine d’années à France Culture et France Inter en écrivant des fictions radiophoniques. Il a reçu le Grand Prix de Littérature Policière 2003 pour « L’ivresse des Dieux » paru à la Série Noire de Gallimard.

Générique

  • Jean-Claude Durand – Georges Pompidou

  • Olivier Cruvellier – Michel Jobert

  • Jean-François Perrier – Pierre Juillet

  • Pascal Collin – Jacques Foccart

  • Stéphane Szestak – Pierre Somveille

  • Et la voix de Stéphane Otéro.
Pompidou en mai, Affaires sensibles Fiction, 14/10/2016
Pompidou en mai, Affaires sensibles Fiction, 14/10/2016 © Radio France / Emmanuelle Fournier
  • Bruitage – Bertrand Amiel

  • Prise de son, montage et mixage – Jehan-Richard Dufour et Arianne Herbay

  • Assistant à la réalisation – Félix Levacher

  • Réalisation – Sophie-Aude Picon

Notre invité est Alain Pompidou, le fils de Georges Pompidou. Ancien professeur à la faculté de médecine de Paris V, professeur d'histologie, d'embryologie et de cytogénétique, premier Français président de l'Office européen des brevets. Il a suivi une carrière politique en tant que député européen de 1999 à 2009.

LIVRES :

Georges Pompidou. Lettres, notes et portraits (Livre de Poche) avec le témoignage d’Alain Pompidou et une préface d’Eric Roussel.

Claude, d’Alain Pompidou, aux éditions Flammarion, un récit à paraître le 19 octobre prochain.

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.