Dans Affaires sensibles, l'histoire d'un chanteur punk devenu braqueur qui a passé la moitié de sa vie en cavale. Gilles Bertin raconte son histoire dans un livre "Trente ans de cavale" chez Robert Laffont et il est notre invité aujourd'hui.

Photo prise le 3 septembre 1988 servant d'avis de recherche pour la police montrant le voleur français Gilles Bertin, qui a participé au vol d'un entrepôt Brink's en avril 1988 à Toulouse.
Photo prise le 3 septembre 1988 servant d'avis de recherche pour la police montrant le voleur français Gilles Bertin, qui a participé au vol d'un entrepôt Brink's en avril 1988 à Toulouse. © AFP / GEORGES GOBET

Le 26 avril 1988, une équipe composée de punks, d’anarchistes et de toxicomanes dévalisent les coffres de la Brink’s à Toulouse.

Sans un seul coup de feu, les braqueurs s’enfuient avec un butin approchant les 12 millions de francs. 

Poursuivis par la police ou emportés par le SIDA, tous les auteurs du casse de la Brink’s finissent morts ou en prison. Tous, sauf Gilles Bertin, qui parvient à refaire sa vie  dans la péninsule ibérique.

Après une longue fugue de 28 années en Espagne et au Portugal, l’homme décide de se rendre à la justice française. Déjà condamné par contumace en 2004 à 10 ans de prison, Gilles Bertin est rejugé le 6 juin 2018, trente ans après les faits. 

L’histoire de Gilles Bertin, c’est l’histoire d’un rescapé. Il n’a cessé de jouer sa vie à la roulette russe. Il a stoppé l’héroïne pour se lancer dans les braquages. Il a échappé aux flics mais le SIDA est venu le frapper. Réchappé de tout, il a joué une dernière fois son destin en le confiant à une cour d’assises. 

En bon punk, No future était sa devise. Le récit de sa vie ne pourrait se raconter sans une bande-son, celle de son groupe punk rock, Camera Silens

Dans ce récit, vous entendrez également plusieurs archives extraites du documentaire radiophonique de Stéphane Bonnefoi : Gilles Bertin, une vie en sursisdiffusé dans l’émission Une Histoire particulière sur France Culture.

Invité Gilles Bertin

Notre invité aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, Gilles Bertin lui-même, en duplex de Toulouse, qui a raconté son histoire dans un livre qui vient de paraître : Trente ans de cavale, ma vie de punk, aux éditions Robert Laffont. 

Programmation musicale:

  • THE RAMONES : I wanna be sedated
  • CAMERA SILENS : Pour la gloire
  • BERURIER NOIR : Salut à toi
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.