Aujourd’hui dans Affaires sensibles, retour sur l’affaire Angélique Dumetz et la création du fichier automatisé des empreintes génétiques. Invitée Maître Murielle Bellier-Kant, l’avocate des parents d’Angélique Dumetz

Avis de recherche d'Angélique Dumetz octobre 1996
Avis de recherche d'Angélique Dumetz octobre 1996 © archives familiales

Le 13 octobre 1996, le corps d’une jeune-femme est découvert sans vie en bordure de la forêt de Compiègne dans l’Oise. Angélique Dumetz, 18 ans, a été violée et sauvagement assassinée. En guise de pièces à conviction, les enquêteurs disposent alors d’un couteau et d’un ADN tiré du sperme du violeur. 

Il faudra attendre 15 ans pour retrouver son meurtrier. 

15 longues années d’un deuil impossible pour ses parents, en particulier pour sa mère Marie-Pierre Mazier. Car à l’époque, la France ne dispose pas d’un Fichier des empreintes génétiques. Pour que la vérité éclate et que le tueur soit confondu, la mère d’Angélique se lance dans un double combat : faire en sorte que jamais l’enquête ne s’arrête et militer pour la création d’un fichier regroupant les ADN d’un maximum de criminels et délinquants. 

Bien plus qu’un fait divers, l’affaire Angélique Dumetz est un combat politique et juridique pour faire évoluer la législation française sur le fichage et la conservation des données génétiques. 

Invitée Murielle Bellier-Kant

Maître Murielle Bellier-Kant
Maître Murielle Bellier-Kant © Radio France / Gweltaz Philippe et Valérie Priolet

Maître Murielle Bellier-Kant, l’avocate des parents d’Angélique Dumetz. Elle a fait paraître en mai 2018 : Angélique : l’empreinte d’une vie aux éditions du Panthéon

Programmation musicale :

  • THE CURE : This is a lie
  • Jane BIRKIN : Dépression au-dessus du jardin
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.