Une fiction écrite par Mariannick Bellot et réalisée par Laurence Courtois. L'hôpital public va mal. Il y a urgence à trouver des solutions avant le délitement total du secteur de santé public. Invité le Professeur Philippe Halimi coauteur du livre « Hôpitaux en détresse, patients en danger », paru chez Flammarion.

Image conceptuelle du docteur avec un stéthoscope.
Image conceptuelle du docteur avec un stéthoscope. © Getty / Mikroman6

L’hôpital est un service public majeur, au carrefour des contraintes multiples et parfois contradictoires: accueil de tous, permanence d'accès aux soins, proximité et excellence. Dans le même temps, les personnels de santé, subissent une pression économique forte qui provoque découragements voire démissions et conflits. 

Que ce soit au CHU de Grenoble, à la Timone à Marseille, ou encore à Vierzon dans le Cher et enfin à Paris, les grèves n’y peuvent plus rien ! Qui regarde encore comment marchent les hôpitaux ? La violence aux Urgences, les médecins, les internes ou infirmières insultés ou agressés ! Les heures d’attente pour les malades L’hôpital public aujourd’hui est en crise, profonde : les horaires qui s’enchaînent, de plus en plus longs pour les soignants jusqu’au bout… de la fatigue et parfois du suicide ! Oui l’hôpital public est en danger.

Pour sortir de cette course aux actes et de cette logique financière poussée jusqu’à l’absurde et largement en cause dans la détresse profonde du personnel hospitalier, de l’aide-soignant au médecin. Beaucoup veulent revenir aux principes de base de la santé publique, soigner, aider, accompagner avant de vouloir rentabiliser !

La fiction d’aujourd’hui raconte la vie de Brahim, infirmier, à la bonne voix rassurante,  Wazou, , le brancardier, assez effacé, Isa, infirmière, beaucoup d’énergie, Bénédicte, l’hématologue, distance et humour, Loulou, aide-soignante, beaucoup d’expérience, et d’un calme olympien, et encore Sabrina, infirmière cadre, pleine de gentillesse, voix gaie, et enfin Anne, directrice des affaires médicales, environ 50 ans, voix ronde, sincère, habituée à faire front…

Ils travaillent tous dans le même hôpital public, ils vouent tous leurs vies aux soins et au bien-être des malades.

Extrait du scénario

ISA

(sur l’air de « toujours la même chose ! ») Ah les médecins ! Il vous faut une infirmière pour s’occuper de vous, sinon vous tombez en morceaux ! Tu veux que je te mette tes gouttes ?

BÉNÉDICTE

Non.

ISA

Si.

BÉNÉDICTE

Ok mais t’es pénible… 

ISA

Je sais. (elle attrape les gouttes et lui met dans les yeux)

BÉNÉDICTE

J’ai que 5 minutes… Pourquoi t’as fait ce métier toi ?

ISA

Il y avait plus de place en carrosserie.

(surprise par la réaction soudaine de Bénédicte dont le visage se crispe) Ben qu’est-ce que t’as, t’es triste ?

Attends je ferme la porte.

BÉNÉDICTE

C’est à cause de la lettre de la famille Germain… Celle qui dit que j’ai mal fait mon boulot, que j’aurais du les prévenir… Mieux les informer…

ISA

Mais ça date ça, c’était quand ?

BÉNÉDICTE

Je l’ai reçue il y a un mois, mais depuis j’arrête pas d’y penser… Et s’ils avaient raison ? Et si j’avais mal fait mon boulot ? Lui coller une dernière chimio quand il pouvait plus déglutir, c’était peut-être pas la meilleure idée…

ISA

Rappelle toi, c’était compliqué comme décision, on en a beaucoup discuté…

BÉNÉDICTE

(elle baisse la tête) Et puis il y a eu cette fois où sa femme a appelé, et j’ai pas pu répondre…

ISA

Tu l’aurais rappelée, tu lui aurais dit quoi ?

BÉNÉDICTE

Ben je l’aurais rassurée. Ca m’aurait pris 10 minutes, et elle, elle aurait pu laisser partir son mari l’esprit en paix… 

ISA

Mais les dix minutes tu les avais pas. 

ISA

Qu’est-ce qui te touche autant dans leur lettre ? 

BÉNÉDICTE

(elle lâche un long soupir qui semble dire  « comment t’expliquer »)… Avant, je travaillais à Orcet. C’est pas compliqué, quand tu veux fermer un service, tu commences par supprimer le budget, après ça marche de plus en plus mal, les gens râlent, tu constates que ça ne fonctionne pas, et tu fermes. Nous, à la fin, on en était à se battre pour avoir des compresses stériles. Ici on est bien, c’est un service de pointe, avec une infirmière et une aide soignante pour 5 lits, dans un bâtiment neuf, mais même ici… Je suis usée, tu comprends ?

ISA

Pourquoi t’es devenue médecin toi ?

Invité: Philippe Halimi

Le Professeur Philippe Halimi est chef du service de radiologie de l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris, président fondateur de l’association nationale Jean-Louis Mégnien, association de lutte contre la maltraitance et le harcèlement au sein de l’hôpital public; et co auteur avec le professeur Christian Marescaux du livre « Hôpitaux en détresse, patients en danger » paru chez Flammarion en avril dernier; un livre fort, aux témoignages crus, puissants et sans détours. Ce livre est un véritable cri d’alerte pour sauver l’hôpital public.

La scénariste Mariannick Bellot

La scénariste de « Prendre soin »
La scénariste de « Prendre soin » © Radio France / Valérie Priolet

Mariannick Bellot a un blog que vous pouvez consulter ici.  Elle est l'auteure de la fiction Après les Contis et pour préparer « Prendre soin » Mariannick remercie les équipes du service hématologie de la Salpêtrière à qui elle voue "une très grande admiration pour leur courage !"

Générique 

« Prendre soin » de Mariannick Bellot

Avec par ordre d’apparition:

  • Criss Niangouna : M. Lazare, patient
  • Mustapha Abourachid : Brahim, infirmier
  • Zohar Wexler : Wazou, brancardier
  • Mélanie Bestel : Isa, infirmière
  • Aurélia Petit : Dr Bénédicte Alexis
  • Cécile Arnaud :Loulou, aide-soignante
  • Barbara Bolotner : Sabrina, infirmière cadre
    Myriam Ajar : Anne, directrice des affaires médicales   
  • Nicolas Giret-Famin : Hicham, adjoint de gestion de pôle
  • Bruitage : Elodie Fiat
  • Prise de son, montage, mixage : Cédric Chatelus, Sébastien Royer
  • Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu
  • Réalisation : Laurence Courtois
Elodie Fiat, bruiteuse
Elodie Fiat, bruiteuse / Mariannick Bellot

Merci à Fabienne Chevalier, Sylvain Choquet, Marie Pierre Dann, Marie-Yvonne Daraspe, André Grimaldi, Gisèle Hoarau, Alice Horovitz, Béatrice Khandalawala, Christelle Marie, et aux équipes du service hématologie de la Salpêtrière

Cette émission est dédiée à Bénédicte Casalonga

Programmation musicale:

  • Marie-Flore : Passade digitale
  • COLD WAR KIDS : Hospital beds
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.