L’intervention française en Libye, ou comment l’espérance de conduire une « guerre juste » a mené un pays au chaos.

Le leader libyen Mouammar Kadhafi et le président français Nicolas Sarkozy en 2007 à l'Elysée.
Le leader libyen Mouammar Kadhafi et le président français Nicolas Sarkozy en 2007 à l'Elysée. © AFP / Franck Fife

La Charte de l’ONU, signée le 26 juin 1945, préconise le règlement pacifique des différends internationaux, défend la non-ingérence dans les affaires des Etats souverains, et prohibe l'emploi de la force dans les relations internationales.

Droit d’ingérence

Pourtant, depuis 70 ans, le Conseil de sécurité des Nations Unies n’a cessé d’autoriser le recours à la guerre. Car si l’ONU ne doit pas s’immiscer dans les affaires intérieures d’un Etat, elle a également la responsabilité de protéger les populations et les droits de l’Homme. Cette « responsabilité de protéger » (R2P en anglais) est l’héritière du « droit d'ingérence humanitaire », proposé par Bernard Kouchner et par le juriste Mario Bettati dans les années 1990. Un droit d’ingérence justifiable mais critiqué, qui contredit les objectifs fondamentaux des Nations Unies.

C’est sur les fondements de cette responsabilité de protéger qu’une coalition formée par des pays membres de l’OTAN et de la Ligue arabe, menée par la France de Nicolas Sarkozy, intervient à partir de mars 2011 en Libye. Pendant 7 mois, 18 pays mènent une guerre aérienne, maritime et terrestre à l’issue tourmentée. Mais l’action humanitaire était-elle le seul mobile des puissances en jeu ? L’intervention n’a-t-elle pas dépassé ses objectifs de défense des civils ? Quel rôle ont joué la France, son président Nicolas Sarkozy et son insolite messager, Bernard Henri Lévy ? Retour sur une intervention controversée, aux conséquences terriblement actuelles.

Invité Jean-Christophe Notin

Pour en parler, nous recevrons en 2e partie Jean-Christophe Notin, auteur de La vérité sur notre guerre en Libye, publié en 2012 chez Fayard.

Vidéo Ina

Il y a cinq ans exactement, le 20 octobre 2011, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi était assassiné. En 1970, à 28 ans, il dirigeait déjà le Conseil révolutionnaire libyen. On le décrivait alors réservé et timide...

Programmation musicale:

  • Hanni EL KHATIB "You rascal you"
  • Selah SUE "This world
  • NOUELA "The sound of silence"
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.