Aujourd’hui dans Affaires Sensibles : le martyre des Yézidies, minorité religieuse kurdophone au nord-ouest de l’Irak, à quelques kilomètres de la frontière syrienne. Invité Frédéric Tissot médecin généraliste qui fut le premier consul général de France à Erbil, au Kurdistan d'Irak.

Une femme  tient une pancarte lors d'une manifestation organisée par la fédération des associations kurdes françaises le 16 août 2014 à Paris, pour soutenir les forces kurdes combattant les extrémistes islamiques en Irak.
Une femme tient une pancarte lors d'une manifestation organisée par la fédération des associations kurdes françaises le 16 août 2014 à Paris, pour soutenir les forces kurdes combattant les extrémistes islamiques en Irak. © AFP / ALAIN JOCARD

Le 22 mars dernier, les Forces démocratiques syriennes annoncent « la totale élimination du soi-disant califat » - soit la fin de l’Etat islamique et de cinq ans de guerre en Syrie et en Irak. Cinq années qui ont vu saillir du chaos autant d’histoires et de tragédies, vite remplacées par d’autres : la chute de Mossoul, la bataille de Kobâne, la destruction de Palmyre, l’exil forcé des Chrétiens d’Irak. Il y a aussi eu un génocide, qui n’a pas encore dit son nom : celui des Yézidis

C’est l’un des peuples les plus méconnus du Moyen-Orient. Depuis des siècles, leur monothéisme mystérieux et syncrétique leur vaut une réputation d’adorateurs du diable. En août 2014, l’Etat islamique (alors en pleine expansion) promet des les éradiquer de la surface de la terre. 200 000 Yézidis sont jetés sur les routes, aux frontières de l’Irak, de la Syrie et de la Turquie. Des milliers d’hommes sont ensevelis dans des fosses communes, leurs enfants enrôlés de force parmi les combattants de Daech, leurs femmes et leurs filles transformées en esclaves sexuelles. Parmi elle, Nadia Murad, Prix Nobel de la paix en 2018. Aujourd’hui encore, elle se bat pour que le martyre de son peuple est un nom – génocide – et que commence, enfin, le grand procès des crimes de Daech.

Invité Frédéric Tissot

Médecin généraliste, médecin spécialiste de santé publique, Frédéric Tissot fut le premier consul général de France à Erbil, au Kurdistan d'Irak (2007-2012). Il est actuellement chargé d'enseignement à la Paris School of International Affairs de Sciences Po Paris. Il est l'auteur de "L'homme debout" paru chez Stock en 2016. 

Dr Frédéric TISSOT (ici avec Claude GUIBAL grand reporter au  service international de Radio France)
Dr Frédéric TISSOT (ici avec Claude GUIBAL grand reporter au service international de Radio France) © Radio France / Valérie Priolet

Ressources documentaires

Programmation musicale :

  • FISHBACH / Bachar MAR KHALIFE : Ajmal logha (un beau langage)
  • Waed BOUHASSOUN : Comme sont longues le nuit et l'attente
Les invités
  • Frédéric TissotAncien Consul général de France au Kurdistan d'Irak, chargé d'enseignement à Science-po Paris
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.