Papeete, 2014. Présentation du contrat d'accès à l'emploi en Polynésie Française en presence de Gaston Flosse
Papeete, 2014. Présentation du contrat d'accès à l'emploi en Polynésie Française en presence de Gaston Flosse © MaxPPP

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles , le « système Flosse », scandale en Polynésie française.

À première vue, lorsqu’on évoque ce bout de France à l’autre bout du monde, on pense à un décor de cartes postales : lagons bleus turquoises, montagnes, palmiers majestueux, fleurs colorées… On imagine la quiétude du soleil, des vacances et de la douceur de vivre…

C’est une image d’Épinal : car derrière ce paradis situé au beau milieu de l’océan Pacifique, se cache une toute autre réalité.

Pendant trente ans, un homme a régné en maître absolu sur cette partie du territoire français. Cet homme, c’est Gaston Flosse. Successivement chef du gouvernement, puis président de l’Archipel polynésien, celui qu’on a fini par appeler Gaston 1er ou Gaston le Grand, n’a pas volé ses surnoms. Soupçonné de clientélisme, de corruption, de propagande, le grand ami de Jacques Chirac a marqué la Polynésie française de son empreinte et bénéficié, durant de longues années, d’une incroyable impunité judiciaire. Détournement de fonds publics, usage de faux, trafic d’influence… Gaston Flosse est tout simplement l’élu le plus poursuivi de l’histoire de la Vème République.

Raconter l’histoire de ce pouvoir et les rouages de ce système, c’est se plonger au cœur de l’outre-mer français, dans le tréfonds de cette histoire d’amour-haine qui structure les relations entre la métropole et les terres lointaines de la République. Une histoire qui soulève, aussi, en toile de fond, les eaux du temps de la présidence Chirac… beaucoup moins claires que celle du lagon !

Pour revenir sur ces questions, nous recevrons, en seconde partie d’émission, Renaud Lecadre, journaliste au quotidien Libération , partenaire d’Affaires Sensibles une fois tous les quinze jours.

Archives vidéo

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.