Aujourd’hui dans Affaires Sensibles : le pillage du patrimoine culturel de l’Afrique, ou l’affaire "des biens mal acquis" du Musée du Quai Branly… Invité Didier Rykner, historien de l'art, directeur de la rédaction de La Tribune de l'art et co auteur du livre "La restitution des œuvres d'art : solution et impasses".

Les grandes statues du royaume de Dahomey du Bénin exposées au Quai Branly
Les grandes statues du royaume de Dahomey du Bénin exposées au Quai Branly © AFP / Gérard JULIEN

Un jour de 2009, le président Sénégalais Abdoulaye Wade décide d’ériger à Dakar un grand Musée des Civilisations Noires – une idée vieille de 40 ans, lancée par l’ancien président Léopold Sedar Senghor. En 2016, le bâtiment sort enfin de terre mais ne ressemble, aujourd’hui encore, qu’à un écrin vide… Et pour cause : 90 % des pièces majeures de l’art africain dit classique se trouvant hors de ses frontières. Certaines d’entre-elles peuplent le Musée du Quai Branly de Paris, « là où dialoguent les cultures » comme le proclame son slogan.

Un dialogue, en réalité, empreint d’une histoire douloureuse et violente : ici, dans les dédales du musée voulu par Jacques Chirac, les « arts premiers » témoignent tout à la fois d’une culture passionnante et d’une barbarie. Celle de la colonisation et de l’appropriation culturelle, des expéditions scientifiques et de l’assimilation forcée

Aujourd’hui, l’Afrique demande la restitution de son patrimoine spolié – une forme de réparation, de réconciliation peut-être. Mais comment ? 

Invité Didier Rykner

Didier Rykner
Didier Rykner © Radio France / Valérie Priolet

Didier Rykner est historien de l'art, directeur de la rédaction de La Tribune de l'art et co-auteur du livre La restitution des œuvres d'art : solution et impasses (2011, éditions Hazan)

Ressource bibliographique :

Programmation musicale :

  • Julien Doré – "Africa" (reprise de Dick Rivers)
  • Maravillas de Mali et Mory Kante – "Rendez-vous chez Fatimata"
  • Tiken-jah Fakoly – "Francafrique"
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.