1954-1962, la lente décolonisation de l’Algérie aura duré huit ans. Huit ans d’une guerre sanglante menée sur le sol algérien par une armée française forte de plus de 400 000 hommes.

18 mars 1962, Parisiens lisant l'édition de "Dimanche-Soir" annonçant le cessez-le-feu négocié à Evian et donc la fin de la guerre d'Algérie
18 mars 1962, Parisiens lisant l'édition de "Dimanche-Soir" annonçant le cessez-le-feu négocié à Evian et donc la fin de la guerre d'Algérie © AFP / STF

Dans un contexte qui a vu la plupart des pays d’Afrique noire gagner successivement leur indépendance, le conflit algérien s’est lui embourbé inexorablement. Mettant aux prises les militaires français contre les indépendantistes algériens du FLN, conduisant les Pieds-noirs, ces colons nés sur le sol algérien, sur la voie de l’exil, et transformant les harkis, ces algériens ayant combattu auprès de l’armée française, en parias, la décolonisation a entraîné des centaines de milliers d’individus dans le chaos. On l’a appelée « la guerre sans nom ». Il faudra attendre l’arrivée au pouvoir de De Gaulle, en juin 1958 pour que l’indépendance algérienne prenne son essor. 

Mais la violence va se déchaîner, de part et d’autre de la Méditerranée faisant de nombreuses victimes, avec en toile de fond la stratégie parfois mystérieuse d’un général de Gaulle qui ne craint pas les chassés croisés sémantiques. De longues années vont s’écouler avant que l’Algérie n’acquière son indépendance, en 1962, à la suite des accords d’Evian

Un récit documentaire de Vincent Lebrun 

Invitée : 

Sandrine Lemaire, agrégée et docteure en Histoire (une thèse sur la propagande coloniale), professeur en classes préparatoires littéraires à Reims. Vice–présidente du Groupe de recherche Achac, elle est spécialiste de l’histoire coloniale française et de la culture coloniale. Co-autrice avec Nicolas Bancel et Pascal Blanchard du beau livre paru en janvier 2020 aux éditions de La Martinière : Décolonisations françaises, la chute d'un empire

Pour aller + loin : 

Programmation musicale : 

  • Enrico Macias : Adieu mon pays
  • Slimane Azem : Algérie mon beau pays
  • Rachid Taha/Flèche Love : Wahdi (2020)
Programmation musicale
L'équipe