Aujourd’hui dans Affaires Sensibles , en partenariat avec le journal Libération, retour sur les attentats de mars 2012 à Toulouse et Montauban. Onze jours d’une barbarie inouïe durant lesquels sept personnes sont sauvagement assassinées en pleine rue : 3 militaires, 3 enfants juifs et leur professeur. Onze jours qui font basculer la France dans une nouvelle ère : celle de la violence djihadiste implantée sur son sol. Elle s’immisce désormais au cœur de la vie des français.

Image extraite de la vidéo exclusive de France 2 de Mohamed Merah au volant d’une voiture pendant un rodéo
Image extraite de la vidéo exclusive de France 2 de Mohamed Merah au volant d’une voiture pendant un rodéo © MaxPPP

L’auteur de ces massacres est un jeune toulousain de 23 ans, Mohamed Merah. Un salafiste en croisade venu chercher la récompense d’Allah dans le sang. La France n’avait pas connu ça depuis la vague d’attentats organisés à Paris en 1995 par le Groupe Islamique Armé. Pendant 17 ans, le pays s’est cru préservé des attaques sur son sol – contrairement à l’Espagne en 2004 ou à la Grande-Bretagne en 2005. Mais l’affaire Mohamed Merah met fin à cette illusion. Le 19 mars 2012 et pour la première fois, le plan Vigipirate est élevé à son niveau maximum - écarlate. Il le restera depuis presque sans interruption.

L’événement, d’une dimension symbolique exceptionnelle, est le premier d’une série noire que les massacres de janvier et de novembre 2015 pousseront à son paroxysme. Il questionne alors notre modèle d’intégration, prôné comme roman national. « Ne parlons pas d’intégration, oublions les mots qui ne veulent plus rien dire » dira quelques années plus tard le Premier ministre Manuel Valls.

Aujourd’hui encore, l’affaire Mohamed Merah continue d’interroger. Quatre ans plus tard, des zones d’ombres persistent. Comment Mohamed Merah, connu des services de polices, passé par l’Afghanistan et le Pakistan, fiché « S », a-t-il pu passer entre les mailles du filet ? À cinq semaines des élections présidentielles, l’enquête a-t-elle été parasitée par des arrière-pensées politiques ?

Notre invité :

Le journaliste Jean-Manuel Escarnot , correspondant à Toulouse pour Libération, notre partenaire. Spécialiste des questions djihadistes, il a couvert l’affaire et co-écrit en 2012 une enquête sur la dérive de Mohamed Merah, Vous aimez la vie, j’aime la mort ! – publiée aux Editions Jacob-Duvernet.

Durant l'émission, vous pourrez entendre un extrait de l'émission "Tirs croisés" du 28 janvier 2016 sur I-Télé, lors du débat entre Eric Woerth et Florian Philippot.

Archive INA :

Toulouse, 22 mars 2012, 20h : le récit de l'assaut.

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.