« Une opération grotesque ou tragique, ou les deux à la fois. » Ce jugement sans appel aurait pu rester à jamais secret tant l’autocritique est dévastatrice.

1961: Des membres de la milice de Castro dans la région montagneuse d'Escambry de Cuba pendant l' invasion de la Baie des Cochons soutenue par les États-Unis.
1961: Des membres de la milice de Castro dans la région montagneuse d'Escambry de Cuba pendant l' invasion de la Baie des Cochons soutenue par les États-Unis. © Getty / Trois Lions

Ce n’est qu’en février 1998, soit près de quarante ans après les faits, qu’a été rendu public le rapport de la CIA sur l’opération de la baie des cochons, rédigé par Lyman Kirkpatrick, inspecteur général de la célèbre agence et auteur de cette cinglante conclusion. Sur les vingt exemplaires du rapport, dix-neuf furent détruits et le dernier placé dans un coffre-fort pendant des années. Signe manifeste du caractère ultra-sensible de cette affaire.

Le 17 avril 1961, aux alentours d’une heure du matin, un millier de Cubains, exilés aux Etats-Unis depuis la révolution castriste et entraînés pendant plusieurs mois par les agents américains, débarquent sur les plages de la baie des cochons, au sud de l’île, pour renverser le nouveau régime et son leader, Fidel Castro. L’opération se solde par un échec total et porte un coup terrible à la diplomatie américaine en pleine Guerre Froide.

En seconde partie d’émission, nous recevrons Janette Habel, spécialiste de l’Amérique latine et notamment de Cuba. Nous reviendrons avec elle sur cet événement, ses conséquences, et surtout l’actualité des relations américano-cubaine après la mort de Fidel Castro et l’élection de Donald Trump.

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.