Aujourd’hui dans Affaires Sensibles retour sur un dossier qui a défrayé la chronique en novembre 2010 : le scandale du Médiator.

Mediator, un coupe-faim "volontairement" déguisé en antidiabétique.
Mediator, un coupe-faim "volontairement" déguisé en antidiabétique. © Maxppp / Cyril Frionnet

► Ce programme est disponible en langue des signes française ici.
Pour en savoir plus sur les l'initiative de Radio France pour mettre ses chroniques et émissions à disposition des personnes sourdes et malentendantes, cliquez ici.

Depuis la dramatique affaire du « Sang Contaminé » dans les années 90, de nombreux observateurs plaçaient la France parmi les pays les plus avancés en matière de sécurité sanitaire et en particulier de risques médicamenteux. En 2008, une étude de l’UFC Que Choisir avançait même que 82% français vouait une confiance absolue dans les médicaments prescrits par leurs médecins ou dans ceux que leur recommandent leurs pharmaciens. Autant le dire tout de suite, dans cette société idéale de la pharmacopée, personne à part certains professionnels éclairés, n’imaginait que le spectre brutal de la contamination par les médicaments allait une nouvelle fois revenir hanter l’actualité.

Lorsqu’elle éclate, l’affaire du Médiator, laisse très vite peu de doute sur sa nature. Elle n’est pas qu’un simple dossier où l’avidité des fabricants de médicaments l’a emporté sur les intérêts en matière de santé publique. Non, elle est au contraire le symptôme d’un système du médicament à la dérive depuis de trop nombreuses années. Et très vite, de révélations en révélations, la terrible vérité apparaît : la faute se révèle partagée entre le pharmacien-fabricant (Les Laboratoires Servier) accusés d’avoir menti sur la nature et la destination de son produit et par l’État (ici l’AFSSAPS, le gendarme du médicament) parce qu’il a accepté d’en maintenir le négoce alors que le mensonge était aisément démontrable et pire qu’il le savait dangereux. Avec comme conséquence : un drame sanitaire sans précédent !

Vidéo INA :

Interview

Réécoutez l'interview réalisée avec Irène Frachon et Clotilde Cadu lors de la première diffusion de cette émission le 15 février 2016.

Bibliographie :

  • Effets indésirables - Victimes des médicaments écrit par Clotilde Cadu aux éditions Hugo & Cie
  • Le livre noir du médicament écrit par Corinne Lalo aux Editions Plon
  • Mediator 150mg: sous-titre censuré écrit par Irène Frachon aux éditions-dialogues.fr
  • Les brutes en blanc, Martin Winckler aux Editions Flammarion

Filmographie :

  • La fille de Brest, Emmanuelle Bercot qui va sortir le 30 novembre 2016 au cinéma.

Programmation musicale :

  • Who Will Comfort Me par Melody Gardot (Universal Music Division Classics Jazz)
  • Doctor's in par Son Little (Because)

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.