S’il est un homme que personne n’aurait imaginé un jour embrasser une carrière et des aspirations politiques, au point de devenir ministre de Chirac, puis Premier ministre de Giscard et enfin candidat malheureux à une élection présidentielle, c’est bien lui : Raymond Barre.

Le Premier ministre Raymond Barre (à gauche) rencontre le Président Valéry Giscard d'Estaing, le 24 février 1977 au Palais de l'Elysée à Paris
Le Premier ministre Raymond Barre (à gauche) rencontre le Président Valéry Giscard d'Estaing, le 24 février 1977 au Palais de l'Elysée à Paris © AFP / AFP

Lui, le professeur d’économie ; « Meilleur économiste de France ».  Lui, le cartésien, le rigoureux ; l’adepte du « parler clair et du parler-vrai ». Électron libre, pourfendeur du système des partis et chantre de l’apolitisme, c’est à lui que l’on fait appel pour prendre en main le gouvernement lorsque la France traverse la première grande crise économique de l’après-guerre. Propulser au cœur d’une arène politique et médiatique qu’il connait mal, le professeur Barre va alors appliquer la seule politique qu’il connait et qui s’impose – mais dont personne ne voulait jusqu’à maintenant entendre parler – celle de la rigueur et de l’austérité.  En 4 années passées à Matignon, Raymond Barre va gérer au coup par coup les crises, les scandales et les problèmes d’un pays chahuté par le premier choc pétrolier. Un jour aimé, le suivant détesté. Il se verra dès lors affublé de cette étiquette de « Père la rigueur ». 

Un récit documentaire d'Adrien Carat 

Invitée : 

Christine Clerc, journaliste politique. Lauréate du prix Albert Londres, elle a rencontré et interviewé à plusieurs reprises Raymond Barre. Co-autrice des perdants magnifiques. De 1958 à nos jours, sous la direction de Jean Garrigues, publié à l'automne 2020 chez Tallandier. Elle a rédigé le chapitre sur Raymond Barre. Ce livre qui nous a inspiré l’idée de cette série documentaire et dont nous avons emprunté le titre. 

Couverture du livre "Les perdants magnifiques. De 1958 à nos jours", sous la direction de Jean Garrigues, Tallandier / Éditions Tallandier
Couverture du livre "Les perdants magnifiques. De 1958 à nos jours", sous la direction de Jean Garrigues, Tallandier / Éditions Tallandier / Tallandier

Pour aller + loin : 

  • L'expérience du pouvoir, conversations avec Jean Bothorel, de Raymond Barre, chez Fayard (2007)
  • Raymond Barre de Christiane Rimbaud, Chez Perrin (2015)

Programmation musicale :

  • Clarika : Le mal aimé (2008)
  • Winston McAnuff&Fixi : Economical crisis ( coconut) (2013)
  • Part Company : Babar (2017)
Programmation musicale
  • WINSTON MC ANUFF & FIXIEconomical crisis ( Coconut)2013
  • Part Company
    Part CompanyBabar2017
L'équipe