Retour sur l'histoire d'un drame que le monde entier a vécu en direct à la télévision : la prise d'otages des Jeux Olympiques de Muniche en 1972.

"Munich", 43 ans déjà, et pourtant les images de cette tragédie résonnent encore dans toutes les mémoires, comme c’est celle d’un rêve Olympique brisé en plein vol, lorsqu’à mi-parcours des compétitions, par un triste matin de septembre, un commando de terroristes palestiniens prend en otages 9 athlètes israéliens dans leur résidence du village Olympique. Pour seul épilogue après une journée d’angoisse : un bain de sang sur le tarmac d’un aéroport à quelques centaines de mètres des caméras et des micros des journalistes du monde entier.

Prise d'otages de septembre 1972, à Munich, lors des Jeux Olympiques.
Prise d'otages de septembre 1972, à Munich, lors des Jeux Olympiques. © Horst Ossinger/DPA/MAXPPP

Malgré l’incertitude qui règne sur place, de nombreux médias vont alors annoncer la libération des otages et la mort des terroristes. On pense que tout est terminé, que tout c’est bien terminé à Munich... Mais en réalité, il n’en est rien. Dans les heures qui suivent, c’est en pleine nuit que les téléscripteurs de l’Agence France Presse vont annoncer au monde la triste vérité : "tous les otages israéliens sont morts".

Dès lors Munich ne restera plus dans les mémoires que comme un massacre… marquant un tournant dans l’histoire de l’Olympisme par une prise de conscience de la menace terroriste qui pèse sur un tel évènement.

Invité

Charles Biétry sera avec nous pour revenir sur cette affaire. Il était correspondant de l’AFP, sur place, au moment des faits. Il est désormais le directeur délégué de la chaine sportive "Be in Sports", c’est lui qui, grâce à ses investigations sur place, a permis à l’AFP de rétablir la vérité sur le triste sort des otages.

► Une émission à suivre, commenter et partager surFacebook.

Jeux Olympiques 1972 : premières images après l’attentat de Munich

Les liens

Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.