Voici l'histoire du Conseil National de la Résistance, une série de grandes mesures politiques et sociales qui influent encore sur nos vies. Elles furent rédigées par un groupe d'hommes, clandestinement, en pleine occupation allemande. Invité Antoine Bozio Directeur de l’Institut des politiques publiques (IPP).

28 mai 1947 Le ministre français Georges Bidault, le président Vincent Auriol, le premier ministre Paul Ramadier et Louis Saillant (de gauche à droite, au premier plan) quittent le bâtiment du CNR
28 mai 1947 Le ministre français Georges Bidault, le président Vincent Auriol, le premier ministre Paul Ramadier et Louis Saillant (de gauche à droite, au premier plan) quittent le bâtiment du CNR © Getty / Keystone-France/Gamma-Keystone

c'est d'abord un texte. Court : 2870 mots, et un titre lumineux : « les Jours Heureux ».  La sécurité sociale, les retraites, la création d'EDF, les grandes nationalisations, la liberté de la presse... Toutes ces grandes mesures de l'après-guerre sont le fruit de la réflexion et des débats de la Résistance unifiée sous ces trois lettres : CNR.

Nouvel invité Antoine Bozio

Lauréat du prix 2017 du meilleur jeune économiste, Antoine Bozio a travaillé avec Thomas Piketty sur le système de retraite. 

Il est Maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) Professeur associé à PSE-Ecole d’économie de Paris et Directeur de l’Institut des politiques publiques (IPP)

Antoine BOZIO
Antoine BOZIO © Radio France / Valérie Priolet

Cette émission est une rediffusion du 1er mai 2018. Nous recevions alors Gilles Perret, réalisateur notamment de Les Jours Heureux ainsi que de La Sociale, deux films documentaires, distribués par CP productions. Vous retrouverez son entretien et les ressources documentaires en cliquant ici. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.