Aujourd’hui dans Affaires Sensibles , l’assassinat du préfet Claude Erignac.

Le préfet Erignac
Le préfet Erignac © Reuters

Le 6 février 1998, le préfet de Corse, Claude Erignac, est assassiné dans les rues d’Ajaccio. C’est le premier préfet assassiné en France. Le premier haut représentant de l’État depuis la Libération. Derrière cette exécution, c’est la République qu’on attaque. L’émotion, dans toute la France, est à la mesure du symbole. S’ouvre alors l’une des plus grandes affaires politico-judiciaires de ces dernières décennies. L’une des plus complexes aussi.

L’affaire Erignac nous plonge au cœur du contexte corse, à un moment charnière de la lutte des mouvements nationalistes. Cet attentat perpétré contre le plus haut représentant de l’État français sur le territoire insulaire, est le point d’orgue, l’acte le plus grave, de la lutte de libération nationale que mènent les militants indépendantistes depuis trente ans.

L’enquête qui suit l’assassinat du préfet se déroule sur plusieurs mois et, malgré des moyens impressionnants, présente de nombreuses failles. D’incroyables rebondissements, sur fond de rivalités entre les différents services de police et d’un contexte politique tendu par la cohabitation, émaillent les avancées policières et judiciaires. De l’arrestation des membres du commando à leur procès, en passant par l’incroyable cavale du principal suspect, Yvan Colonna, le dossier Erignac, hautement sensible, révèle à quel point l’île de beauté est trop souvent la terre de bien des malheurs.

Notre invité :

En seconde partie d’émission, nous recevons Gilbert Thiel , ancien juge d’instruction à la section antiterroriste, il était en charge de l’affaire Erignac.

Archive INA :

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.