Une fiction écrite par Leslie Menahem et réalisée par Juliette Heymann. La fiction d’aujourd’hui pose une question actuelle et très sensible, elle parle des nouveaux codes amoureux. Invitée Andréa, polyamoureuse et animatrice de sa propre chaîne Youtube « Concrètement moi ».

Illustration relation polyamoureuse
Illustration relation polyamoureuse © Getty / Getty

Le polyamour… nulle trace du mot dans le dictionnaire et donc s’il n’existe pas encore de définition « officielle », les adeptes de ces nouvelles relations amoureuses ont trouvé la leur, aimer plusieurs personnes à la fois et l’assumer sans que ces relations soient obligatoirement sexuelles ! Et c’est pour cela qu’il ne faut pas confondre le polyamour avec le libertinage.

Le polyamour est-il une véritable alternative au couple traditionnel ? Une incitation à penser autrement les relations sentimentales ? 

Comment accepter une liberté amoureuse totale, transparente et confiante ? Peut-on changer les codes amoureux, fidélité ? Jalousie ? Possession ? 

Et si le polyamour était l’avenir du couple ? 

Sur papier, le polyamour a l’air très sympa, un peu comme les mouvements hippies et l’amour libre des années 1970 !  Une liberté totale, du dialogue, de la confiance, du respect, de la transparence et de l’honnêteté. 

Dans la pratique, il peut s’avérer plus difficile à vivre : il n’est pas à mettre entre toutes les mains. Les déçus ou fatigués du couple traditionnel qui s’essaient au polyamour risquent bien d’y laisser des plumes. Car sans réflexion, déconstruction et remise en question perpétuelle, ce mode de conjugalité peut tourner aussi au cauchemar !

Alors pour éviter les erreurs et continuer à aimer, se fier aux références comme Jules et Jim, le film de François Truffaut ou encore la relation entre Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, faut-il oublier le couple et inventer ses propres valeurs d’amour ?

Jeanne, l’héroïne de la fiction, nous prévient dès le début:

Les gens ont beau me dire que je ne suis pas rationnelle. Au contraire. Je le suis vraiment. L’amour, ça ne se soustrait pas. Ça s’additionne. Ça n’est pas parce que j’aime plusieurs personnes à la fois que je les aime moins. Au contraire. J’ai bien plus d’amour à donner. C’est des mathématiques. 

L'invitée Andréa

Pour continuer ce voyage dans « les Fragments d’un nouveau discours amoureux » et faire un clin d’œil à Roland Barthes, nous recevons Andréa, polyamoureuse et animatrice de sa propre chaîne Youtube « Concrètement moi ».  

Andréa se définit comme issue d’un couple exclusif : mariée avec deux enfants. Elle est devenue polyamoureuse il y a trois ans. Sur sa chaîne elle y parle de son expérience, de ce que cela a changé dans sa vie, de la jalousie, de la façon de vivre ses relations amoureuses. 

Extrait du scénario

SCENE 7 Automne 2018, Café de Paris

MAÎTRE POLY : Je me présente, je suis le « maître Poly » d’aujourd’hui, celui qui vous guidera tout au long de cette soirée! Pour ceux qui nous rejoignent pour la première fois, je suis là pour vous aiguiller ! J’imagine que si vous êtes là ce soir, c’est parce que vous vous posez des questions, ou que vous êtes curieux ? 

On entend quelques « oui » dans la salle.

MAÎTRE POLY : Bien. Bien. Alors, n’hésitez pas à venir me voir ou à poser des questions aux anciens. Mais comme j’aime bien dire -et les autres feront raisonner les mots avec moi en chœur -: En Polynésie….

TOUS : …Il y a plusieurs îles.

MÂITRE POLY : Les polyglottes….

TOUS : …parlent plusieurs langues.

MAÎTRE POLY : Et les polyamoureux…

TOUS : …ont plusieurs amours !

MAÎTRE POLY : Voilà !! Quand on a compris ça, on a déjà compris beaucoup de choses.

Applaudissements.

MAÎTRE POLY : Nous sommes tous des êtres pluriels : Nous avons plusieurs amis, plusieurs collègues, plusieurs enfants. Nous les apprécions tous différemment. Chacun d’eux nous font découvrir d’autres parties de nous-mêmes. Ils nous enrichissent. Et nous les enrichissons. Et pourtant nous ne hiérarchisons pas. Je ne vais pas aimer mon fils plus que ma fille : je vais les aimer différemment. Je ne vais pas confier les mêmes choses à mes amis, ou avoir exactement les mêmes conversations : parce que mes rapports sont différents. Et c’est ça qui est riche ! Alors pourquoi agir autrement en amour ? Pourquoi ne pourrait-on aimer qu’une seule personne ?  Au détriment de qui ? De quoi ?  

JEANNE, levant la main : Excusez-moi, je peux poser une question ? 

MAÎTRE POLY : Mais bien sûr !

JEANNE : Qu’est-ce qu’on fait de la jalousie ?

Réactions dans la salle. 

MAÎTRE POLY : Très bonne question. Je te remercie de me la poser… 

JEANNE : Personnellement, je ne suis pas jalouse, mais je connais beaucoup de personnes qui le sont. Et c’est un sentiment naturel, je crois…

MAÎTRE POLY : La jalousie est notre plus gros challenge, à nous les polys. Nous travaillons sur cet état d’âme tous les jours. Et nous prônons « la compersion ».

JEANNE : La compersion ? 

MAÎTRE POLY : La compersion, c’est être heureux du bonheur de l’autre. Vouloir son bonheur. C’est l’opposition de la jalousie. Ce n’est pas parce que la personne que j’aime s’épanouit avec un ou une autre qu’il m’aimera moins…Prenons l’exemple en amitié : Ce n’est pas parce que mon pote Jean-Jacques boit un café avec sa copine Corinne qu’il m’aimera moins !

On entend quelques réactions dans la salle. 

MAÎTRE : Mais nous continuerons de parler de tout ça tout à l’heure si tu veux bien. Je vous laisse maintenant avec Pablo qui nous a préparé un super exposé pour notre café « poly-phylo » ! Pablo, si tu veux bien nous rejoindre….

PABLO, s’approchant timidement : Euh oui…

Applaudissements dans la salle. 

La scénariste Leslie Menahem

Scénariste et réalisatrice radio, Leslie Menahem écrit des fictions diffusées sur France Culture et France Inter, boursière de la SACD en 2013 pour sa série « Vivants ». Elle réalise « Rue (ou La promenade du muguet)» avec l’acteur Denis Lavant, et est programmée dans divers Festivals en France et à l’étranger. Elle met en scène en théâtre et en musique, notamment à la Philharmonie de Paris avec « Scène pour un Roi fou ». À la télévision, elle écrit pour Karambolage sur Arte, et développe sa série « Motel », lauréate des fonds SACD France Europe Séries avec La Belle Affaire Productions. Au cinéma, elle développe son long métrage « Les autonautes de la cosmoroute » avec Ikki Films, et est boursière de la région Île de France. Bio à retrouver ici 

Générique 

Programmation musicale :

  • THE DOORS/Jim MORRISON : Love Street
  • Ariane MOFFATT : Je veux tout
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.