Le 8 février 2019, la justice a rejeté la demande de remise en liberté du faux docteur qui avait assassiné sa famille en 1993, et l'a condamné à une peine de perpétuité assortie de 22 ans de sûreté. Retour sur son histoire, il y a 25 ans avec Julie Brafman qui suit l'affaire pour "Libération", notre partenaire mensuel.

Jean-Claude Romand à l'ouverture de son procès, le 25 juin 1996 devant la Cour d'assises de l'Ain au palais de justice de Bourg-en-Bresse.
Jean-Claude Romand à l'ouverture de son procès, le 25 juin 1996 devant la Cour d'assises de l'Ain au palais de justice de Bourg-en-Bresse. © AFP / PHILIPPE DESMAZES

Le samedi 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand assassinait sa mère, son père, sa femme et ses deux enfants à Prévessin-Moëns. 

Le 2 juillet 1996, le faux chercheur à l’OMS est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d'assises de Bourg-en-Bresse. Comment cet homme, qui a méthodiquement tué ceux qu'il aimait, a pu leur mentir et s'inventer une vie ?

Nouvelle invitée, Julie Brafman

Avec nous aujourd’hui la journaliste Julie Brafman, chargée de la rubrique justice du journal Libération, notre partenaire une fois par mois.

Cette émission est une rediffusion du 18 septembre 2014. Nous recevions alors le documentariste Gilles Cayatte, auteur avec Catherine Erhel, du film Le Roman d’un menteur. Pour retrouver son entretien et les ressources documentaires, c'est ici. 

Programmation musicale : 

  • Alain Bashung : La nuit je mens
  • Dominique A : Le métier de faussaire
  • Cat Power : In your face
Les invités
  • Julie BrafmanJournaliste spécialisée dans le domaine de la justice
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.