Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, l’affaire Bruay en Artois, qui débute un jour d’avril 1972 quand on découvre le corps de la fille d’un mineur, âgée de 15 ans, Brigitte Dewèvre.

C’est un temps où les compagnies de charbonnage s’éteignent, un temps où les dernières gueules-noires descendent dans les puits. A Paris, Jacques Chaban-Delmas, premier ministre, promet une nouvelle société où les mines ne seraient plus qu’un souvenir. Mais en ce printemps 1972, ceux qu’on avait presque oubliés, les mineurs, réapparaissent avec leurs maisons, leurs mots et leurs malheurs. Pour Brigitte et ses parents, les ouvriers des mines se sont mobilisés pour faire remonter la vérité à la surface. Quarante après, toutes les fosses sont closes, mais le mystère autour de la mort de cette jeune fille reste entier.

Ce crime est le premier fait divers dont la télévision va s’emparer, le racontant comme un feuilleton, développant chaque jour les rebondissements de l’enquête. Et quand les journalistes débarquent à Bruay, tous les ingrédients de la chronique judiciaire sont réunis : Un décor, une rue en plein cœur des corons, des terrils comme horizon, des maisons et jardins identiques, un terrain vague, un grand parc et une belle demeure. Un coupable idéal, un notaire, vieux garçon, le visage rond, qui traine le soir soit chez sa maitresse soit dans les clubs où travaillent les filles de joie. Un juge, un homme du sud, échoué à Béthune, à l’accent chantant et à l’idée fixe, celle d’une justice libre et transparente. Enfin, une foule, solidaire, colérique et émotive, dont quelques agitateurs gauchistes tenteront de récupérer les douleurs.

Pour en parler, nous recevrons en seconde partie un journaliste qui était sur place tout au long de l’affaire pour Radio France et pour la télévision. Il a interviewé tous les protagonistes, a écouté les confidences des juges et des avocats, a tendu le micro aux doute et aux colères des parents et des gens des mines. Ce journaliste c’est Daniel Bilalian, désormais directeur des sports de France Télévision.

Les invités

Les références

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.