Aujourd’hui dans Affaires sensibles, les révélations d’Edward Snowden sur les écoutes de la NSA au début de l’été 2013.

Un flyer à l'éffigie de Snowden en janvier 2015 à Dresde en Allemagne
Un flyer à l'éffigie de Snowden en janvier 2015 à Dresde en Allemagne © Getty / Sean Gallup

On les appelle en anglais les « Whistleblowers » (comprenez « les lanceurs d’alertes »), ces hommes ou ces femmes qui décident par pur altruisme de dénoncer des pratiques et des faits qu’ils sont souvent les seuls à connaitre. Employés sur les marchés financiers, ex-officiers des services de renseignements ou anciens militaires de carrière, journalistes, ex-directeur de cabinet dans de grandes entreprises, ils ont tous en commun d’être prêt à sacrifier leur vie, souvent enviable, pour que la vérité éclate dans l’intérêt des autres. En France, on les connait sous le nom de Denis Robert (scandale Clearstream), de Julian Assange (révélations Wikileaks), d’Hervé Falciani (affaire des évadés fiscaux d’HSBC) ou encore d’Antoine Deltour (Affaire LuxLeaks). Si parfois leurs objectifs divergent, tous ont en commun d’avoir franchi le pas pour dénoncer une vérité que certains auraient préférer garder secrète.

Parmi ces lanceurs d’alertes, l’un d’eux va faire trembler le monde à l’Été 2013. Il s’agit d’un jeune informaticien de 29 ans, son nom : Edward Snowden. L’homme est analyste de sécurité pour un sous-traitant de l’une des plus obscures agences de renseignements américaine, la NSA. Et il va d’après le New York Times « opérer à lui seul la plus grosse fuite de documents secrets de toute l’histoire des services renseignements américains ». Une fuite dont les dommages seront estimés à « 12 sur une échelle de 10 » par les responsables du Pentagone. Révélés au public grâce à l’intermédiaire de deux journalistes : Glenn Greenwald et Laura Poitras, les fichiers de la source Snowden permettent de découvrir les dérives illégales de l’immense toile de l’appareil de renseignement américain.

… Mais si l’histoire d’Edward Snowden a tant marqué, c’est qu’elle comprend une folle fuite en avant entre les États-Unis, Hong-Kong et Moscou. Une histoire qui par bien des aspects rappelle celle d’un dénommé Jason Bourne, célèbre héros du polar de Robert Ludlum « La mémoire dans la peau »… et dont le rôle est interprété au cinéma par Matt Damon.

Invité

Après le récit, pour revenir avec nous sur cette passionnante affaire, nous recevrons en seconde partie d’émission, Antoine Lefébure, Historien et consultant, il est le créateur d’Interférences la revue critique des médias électroniques et il est à l’origine du mouvement des radios libres. Avec l’aide de jeunes journalistes, il a écrit un ouvrage collectif de références intitulé L’affaire Snowden : Comment les Etats-Unis espionnent le monde paru aux éditions La Découverte en 2014. Antoine Lefébure se consacre actuellement à un projet documentaire sur la mémoire des attentats du 13 novembre dernier.

Archiva INA

Reportage consacré au programme d'espionnage généralisé des USA.Un ancien agent du renseignement, Edward Snowden accuse les Etats-Unis d'utiliser un programme d'espionnage généralisé concernant le monde entier. Téléphone, internet, réseaux sociaux : ce soir, l'Europe hausse le ton et demande des explications.Interviews de Edward Snowden, ancien agent du renseignement, de Matthew Green, expert informatique, alternant avec un commentaire sur des images factuelles et d'infographies.

Une émission à suivre, commenter et partager sur Facebook.

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.