Une fiction écrite par Clara Saer et Zoé Gabillet, réalisée par Benjamin Abitan. Elle raconte l’histoire de Rock Hudson, acteur qui bouleversa tout Hollywood en révélant au grand public en 1985 qu'il est atteint du virus du sida. Janine Pierret, sociologue de la santé, de la médecine et de la maladie dont le VIH.

Elizabeth Taylor avec Rock Hudson (à gauche) sur le tournage de "Giant", réalisé par George Stevens en 1956
Elizabeth Taylor avec Rock Hudson (à gauche) sur le tournage de "Giant", réalisé par George Stevens en 1956 © Getty / API/GAMMA/Gamma-Rapho

Voici l’histoire de Rock Hudson, acteur, qui enchaîna des années 60 aux années 80 des rôles de plus en plus importants à Hollywood puisqu’il joue avec  John Wayne et est dirigé par le réalisateur Howard Hawks.

Dans les années 70, ses rôles au cinéma se font plus rares, et l'acteur migre alors vers le petit écran, à travers des séries ou des téléfilms. 

Rock Hudson tourne son dernier film, L'Ambassadeur, en 1984 aux côtés de Robert Mitchum et de Ellen Burstyn.

En été 1985, Rock Hudson bouleverse tout Hollywood en devenant l'une des premières personnalités à dévoiler qu'il est atteint du virus du sida et révèle son homosexualité au grand public. 

Il devient ainsi le symbole du courage ! Ce courage qu’il opposera à cette Amérique bien-pensante qui considère avoir été trahi !

Passé le choc de ses révélations, ses amies comme Liz Taylor ou Madonna le soutiennent. Cette dernière envoie  à « son béguin d’enfance, des prières et de l’amour » !

L'acteur décède quelques mois plus tard, le 2 octobre 1985

Peut-on comprendre aujourd'hui ce que représentait le Sida dans ces années 80 et le courage de ces hommes avouant leur maladie et leur homosexualité dans une société à l’époque incapable de l’accepter.

Extrait du scénario

1- INT - Cabinet médical/hôpital

5 juin 1984, Los Angeles. 

Rock Hudson est dans une salle d’attente. Le docteur O’Neal (35 ans) vient le chercher et l’invite à le suivre dans son cabinet. Bruit de porte qui s’ouvre et se referme derrière eux.

Doc O’neal : Monsieur Hudson, bonjour, je suis le docteur O’Neal, vous voulez bien me suivre ?

R.Hudson : Bonjour docteur.

Doc O’neal : Installez-vous. Attendez, je vais baisser le store… le soleil tape fort. 

Bruit de store qui se déplie.

R.Hudson (en s’asseyant) : Merci. Le docteur Cooper n’est pas là ?

Doc O’neal : C’est lui même qui m’a demandé de vous recevoir. Je n’irai pas par quatre chemin, Monsieur Hudson, vos analyses ne sont pas bonnes. 

R.Hudson : Comment ça “pas bonnes” ?

Doc O’neal : Avez vous entendu parler du syndrome d’immunodéficience acquise ? 

R. Hudson : Vous parlez du Sida, n’est ce pas ? 

Doc O’neal : Tout à fait. 

R.Hudson : C’est ce que j’ai ? 

Doc O’neal : Disons que vos examens sanguins ont révélé la présence du virus dans votre corps. Vous êtes pour le moment séropositif, c’est à dire que la maladie est en vous mais elle ne s’est pas encore déclarée.

R.Hudson : Ok. 

Doc O’neal : On ne connaît pas bien la durée de la période d’incubation… 

R.Hudson (qui le coupe) : Alors je n’en ai plus pour très longtemps ?

Doc O’neal : Personne ne peut le dire. On ne sait pas quand les premiers symptômes peuvent apparaître. Dans un mois, dans deux ans… il n’y a aucune certitude. Je vais avoir besoin de savoir le maximum de choses pour pouvoir vous soigner correctement. 

R.Hudson : Qu’est ce que vous voulez entendre ? 

Doc O’neal : Combien de partenaires sexuels avez-vous eu au cours des 12 derniers mois ? 

R.Hudson : Ca ne regarde que moi. 

Doc O’neal : Ecoutez monsieur Hudson, je suis médecin pas confesseur. Je sais que vous êtes homosexuel et je ne suis pas là pour vous juger. Vous pouvez parler sans crainte, je suis tenu par le secret médical. 

R.Hudson : J’ai des aventures comme tout le monde. Pas plus ou pas moins qu’un autre. 

Doc O’neal : Il faut que vous compreniez qu’il est important de bien identifier toutes les personnes avec qui vous avez eu des relations. Elles doivent se faire dépister de toute urgence afin de ne pas contaminer d’autres personnes à leur tour. 

R.Hudson : Avec tout le respect que je vous dois Docteur, tous les homos de Hollywood vivent dans la peur de choper cette saloperie. Ils n’ont pas besoin que je les appelle pour se faire tester. 

Doc O’neal : La maladie se répand à New York et sur la Côte Ouest comme une traînée de poudre. Je reçois des dizaines de malades dans ce bureau tous les jours. J’imagine le choc que vous éprouvez mais vous ne devez pas avoir honte.

R.Hudson : Dans mon métier cela fait longtemps que j’ai appris à composer. Je saurai très bien vivre avec ça. J’en fais mon affaire. 

Doc O’neal : Ca ne va pas être évident

R.Hudson : On est plus à un mensonge près ! Je suis un pur produit des studios, je représente le gendre idéal à la sexualité rassurante. Le bon séducteur tranquille. Rien de ce qui touche à ma vie privée ne doit filtrer. A Hollywood la réalité est secondaire. 

Doc O’neal : Ne faites pas face tout seul, Monsieur Hudson, vous allez avoir besoin d’aide.Vous ne pourrez pas garder cette maladie secrète très longtemps. Les symptômes seront rapidement visibles. C’est pour cela que vous devez accepter ce qui vous arrive afin que nous puissions vous apporter les soins nécessaires. 

R.Hudson : Je sais ce que je fais.

Doc O’Neal : Quand la maladie va se déclarer elle va s’attaquer à votre système immunitaire. Vous allez perdre beaucoup de poids, très rapidement. Vous devrez faire face à un état de fatigue généralisé et votre organisme affaibli sera mis en danger par la moindre infection. Vous devez dès maintenant prendre des dispositions. 

R.Hudson : Je ne peux pas lever le pied. J’ai des engagements sur plusieurs tournages dans les mois qui viennent. 

Doc O’neal : Je vous parle de votre santé et vous me parlez de votre travail… 

Rock Hudson : Le cinéma ce n’est pas seulement mon travail, c’est ma vie. J’ai tout construit autour de ça et j’ai tout sacrifié pour lui. Je ne veux pas que tout s’effondre à cause de cette foutue maladie. 

Doc O’neal : Prenez un peu de temps pour digérer la nouvelle et ensuite vous verrez ce que vous voulez faire.

R.Hudson : Vous avez vu tous ces anonymes qui tentent d’attirer l’attention sur ce qui se passe ? Vous avez vu comment on les traite ? On les traîne dans la boue, on parle de cancer gay… comme si les homos l’avaient bien cherché. Si on apprend que je suis malade la presse va se déchaîner, j’aurai tous les charognards du pays sur le dos. La carrière que j’ai mis plus de trente ans à construire sera foutue avec un seul de ces gros titres. 

Doc O’neal : Rien ne vous oblige à rentrer dans les détails mais sachez que votre maladie se lira bientôt sur votre visage. En prévenant vos partenaires et en prenant vos précautions vous pouvez faire un geste pour enrayer l’épidémie, même un tout petit peu… 

R.Hudson : Le premier de mes amants à qui je le dirai s’empressera d’aller baver dans la presse à scandale. Non seulement vous m’annoncez que je vais mourir mais en plus je dois faire une croix sur ma sexualité. 

Doc O’neal : Je comprends que la situation est effrayante... 

R. Hudson (Il le coupe) : Je comprends surtout qu’il n’y a plus d’espoir. 

Doc O ‘neal : Ne dîtes pas ça. Vous devez vous battre. C’est ce que font les chercheurs aujourd’hui. Ils travaillent nuit et jour pour trouver un remède pour stopper le virus. En France ils sont très à la pointe. A Paris, ils ont mis au point un nouveau traitement appelé HPA-23 et ce nouveau protocole semble donner de bons résultats. 

R. Hudson : Je ne crois pas au miracle. 

Doc O’neal : Moi non plus. Mais je crois en la science. 

Invitée Janine Pierret

Janine Pierret est sociologue, directrice de recherche honoraire au CNRS, sociologue de la santé  de la médecine et de la maladie dont le VIH/sida depuis 1984. Nous citerons deux ouvrages de référence :

Janine PIERRET
Janine PIERRET © Radio France / Valérie Priolet

Scénaristes Clara Saer et Zoé Gabillet

Retrouverez une petite biographie de Clara Saer et Zoé Gabillet ici. 

Archive  

Inter actualité / Enquête sur le SIDA 28/06/1983 journaliste Weill, Pierre

Résumé : Le point sur une maladie apparue il y a deux ans et encore très mal connue : le SIDA, Syndrome d'Immunodéficience Acquise. Aux Etats-Unis, on parle d'épidémie du siècle, et en Allemagne de nouvelle peste.

interview du docteur Willy ROZENBAUM : les risques élevés pour les homosexuels français et Américains, les autres populations contaminées (haïtiens, toxicomanes, hémophiles et enfants) , les modes de transmission (rapports sexuels ou sang) les principales formes de cette maladie (formes bénignes, formes chroniques et cas mortels)

Générique 

« Rock Hudson : l’homme qui brisa l’omerta », de Clara Saer et Zoé Gabillet

Avec :

  • Rock Hudson : Benoit Guibert
  • Docteur O’Neal : Barthélémy Meridjen
  • Bob : Guillaume Marquet
  • Doris Day : Elisabeth Mazev
  • Miss Miller : Lola Roskis-Gingembre
  • Burt Lancaster : Jean-Pierre Kalfon
  • et :
  • Bruitage : Sophie Bissantz 
  • Prise de son, montage, mixage : Nicolas Slimani, Claire Levasseur
  • Assistante à la réalisation : Romane Chibane
  • Réalisation : Benjamin Abitan

Programmation musicale :

  • Bruce SPRINGSTEEN : Streets of Philadelphia 
  • BRONSKI BEAT/Arnaud REBOTINI : Smalltown boy
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.