Art total, le cinéma nécessite une somme de talents et de techniques

Marlon Brando et Francis Ford Coppola sur le tournage en 1979
Marlon Brando et Francis Ford Coppola sur le tournage en 1979 © Maxppp / picture-alliance

Art total, le cinéma nécessite une somme de talents et de techniques, de l’image au son, en passant par le montage et les acteurs, ensemble managé par le réalisateur, capitaine d’un navire parti de quelques idées qu’il doit emmener jusqu’à la projection de l’œuvre sur l’écran. Ici, le maître s’appelle Francis Ford Coppola.

En 1975, il se lance dans un projet qui l’occupera plus de quatre ans : Apocalypse Now .

Ce film hors-norme, qui a pour toile de fond la guerre du Vietnam, est une odyssée métaphysique qui enterre les ambitions d’une génération et sonde les ressorts de la folie humaine. Chaque étape de sa création est une épreuve : scénario sans cesse réécrit, casting laborieux, tournage démentiel et montage de plus de deux ans : la genèse de ce film est à la mesure de la place qu’il tient dans l’histoire du cinéma, un art qui, sans doute plus que n’importe quel autre, produit ses propres légendes, ses mythes, ses icônes.

Au cœur de cette usine à rêve, Hollywood tient une place toute particulière. Jeune nation, les États-Unis ont rapidement saisi les possibilités qu’offrait le cinéma pour bâtir, commenter et construire leur histoire. De ce point de vue, la guerre du Vietnam a engendré un nombre incroyable de productions, participant au regard critique sur l’implication des Etats-unis dans ce conflit.

Invité

En seconde partie d’émission, nous recevrons Laurent Delmas, critique et spécialiste de cinéma, producteur de l’émission On aura tout vu sur France Inter .

Par ailleurs, au cours de ce récit, vous entendrez des extraits du film Apocalypse Now , mais aussi du documentaire intitulé, Aux cœurs des ténèbres : l’Apocalypse d’un metteur en scène , réalisé par Eleanor Coppola produit par Zoetrope.

Archive vidéo

Conférence de presse à Cannes de Francis Ford Coppola avec ses enfants. Il raconte la réaction d'un ancien du Vietnam qui préconise d'aller voir le film "Apocalypse now" pour savoir "comment c'était là-bas". Le réalisateur ajoute : "C'est ce dont je suis le plus fier". A noter, un gros plan sur Sofia Coppola, future réalisatrice de "Lost in Translation".

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.