Retour sur la « révolution orange » ukrainienne de 2004

Viktor Iouchtchenko et Yulia Timochenko lors d'un rassemblement devant la Maison du Parlement ukrainien à Kiev, le 23 novembre 2004.
Viktor Iouchtchenko et Yulia Timochenko lors d'un rassemblement devant la Maison du Parlement ukrainien à Kiev, le 23 novembre 2004. © AFP / VIKTOR DRACHEV

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, retour sur la « révolution orange » ukrainienne de 2004.

Le 21 novembre 2013, en Ukraine donc, le gouvernement décide de ne pas signer l’accord d’association avec l’Union Européenne. Cette décision ouvre une crise politique et diplomatique aux conséquences historiques : des manifestations de grande ampleur, sur la place Maïdan, à Kiev, la répression dans le sang du mouvement, la destitution du Président Viktor Ianoukovitch, la proclamation d’indépendance de la Crimée, et une guerre civile entre l’armée ukrainienne et les rebelles pro-russes dans le Donbass, à l’est du pays, dont une énième tentative de trêve vient d’être signée il y a quelques jours : voilà le tableau.

Neuf ans plus tôt, la plupart des acteurs de ces évènements étaient déjà présents. Les enjeux politiques, diplomatiques et historiques déjà là. Les conséquences, elles, furent opposées. En novembre 2004, le candidat prorusse Viktor Ianoukovitch est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle ukrainienne. Les forts soupçons de fraude poussent son rival, Viktor Iouchtchenko à s’opposer au résultat. Immédiatement, un immense soulèvement populaire et citoyen surgit sur la place Maïdan avec une couleur pour symbole : l’orange.

Pendant deux mois, l’Ukraine, ce jeune pays, peu ou mal connu, à la frontière de l’Europe et de la Russie, devient l’épicentre d’un affrontement entre les Etats-Unis, la Russie et l’Union Européenne, où se mêlent enjeux politiques, économiques et historiques et où s’affrontent un peuple ukrainien divisé, à la recherche de son identité. Que s’est-il passé pendant ces neuf années ? Quelles ont été les désillusions, les bouleversements, pour qu’en une décennie, les espoirs soulevés par la révolution orange se répètent ?

Vidéo INA :

sur l’Ukraine, d’hier à aujourd’hui:

Invité : Alain Guillemoles, journaliste au quotidien La Croix, spécialiste de l’Europe centrale et de la Russie : Il a été correspondant en Ukraine… Il a assisté à la révolution orange.

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.