Retour sur l’été chaud des Minguettes ou la première émeute des banlieues françaises.

Intervention des forces de l’ordre dans le quartier Monmousseau à Vénissieux en 1981
Intervention des forces de l’ordre dans le quartier Monmousseau à Vénissieux en 1981 © Maxppp / BEP/LE PROGRES

Il y a 35 ans, de juillet à octobre 81, dans des banlieues de l’Est lyonnais, de Vénissieux à Vaulx-en-Velin, les cités dortoirs s’enflamment : des centaines de voitures sont incendiés aux pieds des ZUP et de violents affrontements opposent les jeunes aux forces de l’ordre. Ces évènements, surmédiatisés, attirent brusquement l’attention du pays sur ce qu’on appellera, avec une certaine pudeur, le « malaise des grands ensembles ».

C’est un coup de tonnerre pour la gauche au pouvoir : François Mitterrand, élu avec enthousiasme quelques mois auparavant, le 10 mai 81, doit dire adieu à son « état de grâce ». Pendant des années, on était certain d’être passé à côté des situations de ghettos et de révoltes ethniques que connait alors l’Angleterre. Les Minguettes, théâtre d’une émeute urbaine sans précédent, sonnent le tocsin. Pour la gauche, l’épreuve est initiatique et l’État prend rapidement la mesure de l’avertissement. Ces émeutes urbaines poussent le gouvernement à chercher des solutions innovantes. Une nouvelle politique de la ville, celle que nous connaissons aujourd’hui, est née cet été 81 dans les banlieues de l’Est lyonnais.

C’est aussi d’ici que partira, deux ans plus tard, la « Marche pour l’égalité et contre le racisme », surnommée la Marche des Beurs.

Invité Adil Jazouli

Sociologue Adil Jazouli est spécialiste des banlieues, des quartiers populaires et des politiques publiques qui s’y mènent depuis 35 ans.

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Documentation

Programmation musicale

  • THE SPECIALS "Ghost town"
  • RENAUD "Deuxième génération"
  • COLUMBINE "Temps électrique"
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.