Aujourd’hui, à la lumière d'une actualité brûlante, la guerre de succession à l'UMP entre Jean-François Copé et François Fillon.

François Fillon, le 31 mars 2011 à Saint-Malo et Jean -Francois Copé, le 28 mars 2012 à Paris
François Fillon, le 31 mars 2011 à Saint-Malo et Jean -Francois Copé, le 28 mars 2012 à Paris © AFP / DAMIEN MEYER / BERTRAND GUAY

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, en partenariat avec le journal Libération, et à la lumière d’une actualité brûlante, la guerre de succession à l'UMP entre Jean-François Copé et François Fillon. C’était le 18 novembre 2012.

A l’époque, et ce n’est pourtant pas si vieux, les deux hommes étaient au coude à coude. 4 ans plus tard, l’un triomphe, François Fillon, l’autre, Jean-François Copé, est pulvérisé, réduit en miettes : 0,3 pour cent des suffrages lors de la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017. L’écart entre les deux atteint 44 pour cent des suffrages !

Au lendemain de la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012, Jean-François Copé a 48 ans, il est maire de Meaux et député. Il gère et dirige les affaires du parti en tant que secrétaire général. Le second, François Fillon, de dix ans son ainé, a été pendant cinq ans le Premier Ministre de Nicolas Sarkozy avant de redevenir député de Paris lors des législatives de juin 2012.

La campagne pour l'élection de Président de l’UMP est musclée, âpre parfois, normale en quelque sorte. Mais le soir de l'élection, la situation se gâte, car chacun revendique la victoire. "C'est pas lui, c'est moi". Débute alors une crise dont la longueur et la violence n'auront d'égal que le grand schisme de 1995 provoqué par la rivalité Chirac-Balladur. Pendant plusieurs semaines, jour après jour, les Français vont être témoins d’un parti au bord de la crise de nerf, à deux doigts de la rupture face à cette bataille entre deux candidats au style totalement opposé : Copé et son image de Bad boy contre Fillon et son allure de bourgeois conservateur.

Pour parler de l’élection de 2012 et des primaires d’aujourd’hui, nous recevrons en seconde partie Alain Auffray, journaliste politique au journal Libération, notre partenaire.

Interview

Pour réécouter l'interview réalisée avec le journaliste et présentateur de France 2, Jean-Baptiste Marteau, le 24 août 2015 :

Bibliographie :

  • Bal tragique à l'UMP écrit par Neila Latrous (Flammarion)
  • Le coup monté écrit par Carole Barjon (Editions Plon)
  • UMP, un univers impitoyable écrit par Jean-Baptiste Marteau (Flammarion)

Programmation musicale :

  • Don't wanna fight par Alabama Shakes (Rough Trade)
  • That's alright par Laura Mvula (RCA)
  • On s'aime pas par Alain Souchon (Sony BMG Music)

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.