Une fiction écrite par Leslie Menahem et réalisée par Cédric Aussir. Comment est apparu sur notre petit écran cet objet difficilement identifiable, qualifié de réel, une copie marketing de ce qu’est notre vie quotidienne. Invitée Nathalie Nadaud-Albertini, sociologue des Medias, spécialiste de la téléréalité.

Premier jour de Loft Story, arrivée des candidats le 26 avril 2001
Premier jour de Loft Story, arrivée des candidats le 26 avril 2001 © Getty / Remi Bonali

La fiction d’aujourd’hui commence en 2001 et son histoire est loin d’être terminée ! C'est une sorte de show.  Un genre télévisuel dont le principe est de suivre par épisode la vie quotidienne de personnes anonymes, d’individus ordinaires qui vivent artificiellement  des situations plus ou moins banales ! Voilà pour l’énoncé du théorème qui au fond n’a qu’un but rapporter beaucoup de publicités et donc d’argent !

Comme le dit Christophe André, psychiatre : « la télé réalité est une sorte de gigantesque miroir tendu à nous-mêmes dans lequel nous aimons à nous regarder pour le meilleur et pour le pire. Car toute la question est de savoir si ce regard sur nous va nous faire ensuite réfléchir ou si nous en resterons simplement au constat narcissique du « Moi je suis comme ça » ou « Moi je ne suis pas comme ça ».

En fait tout a commencé comme souvent aux Etats-Unis en 1971 avec un programme intitulé "An American Family" qui racontait en 12 épisodes le divorce d’une famille californienne. Un succès ! aussitôt exporté en Angleterre et en Australie ! La télé réalité était née !

Puis  en 1999 l’émission "Big Brother" bouleverse le paysage audiovisuel européen, la première émission a été diffusée aux Pays-Bas sur la chaîne de télévision Veronica. L'idée de "Big Brother" vient de la maison de production de John de Mol.

L’émission la plus populaire du PAF, change de nom et est diffusée en France sous le nom de "Loft Story". Aujourd’hui la télé réalité constitue un pilier de la télévision que cela soit M6 ou TF1,  elle se décline en autant d’épisodes :

"Koh Lanta","Secret Story", "L’Ile de la tentation" ou encore "La Nouvelle Star" !

Le philosophe Bernard Stiegler expliquait dans le documentaire "Le temps de cerveau disponible" de Christophe Nick : « les images qu’on voit aujourd’hui à la télévision, il y a 30 ans personne ne les aurait supportées, les gens auraient dit c’est pas possible on ne peut pas regarder cela , ils n’auraient pas voulu le regarder, aujourd’hui on montre ça a des gamins de 15 ans , voir moins, pourquoi parce que la capacité à voir des choses abominables est devenue très grande mais ça veut dire que la sensibilité des gens est devenue de moins en moins grande »

Alors que penser de la Télé réalité ?

Extrait du scénario

SCÈNE 8   

LA VOIX

Le 16 mai 2001. À 4h12. Dans le confessionnal. 

LOANA  : Il est 4h du matin. J’arrive pas à dormir. Pas un bruit dans la maison… Ni à l’extérieur de la maison. Il n’y a aucun bruit de l’autre côté du mur. Silence absolu. Comme l’impression d’être coupée de tout. De ne plus saisir ce qui est réel, et ce qui ne l’est pas. Comme l’impression d’être dans un rêve éveillé… Ici, à l’intérieur, les filles m’évitent. Et les garçons me fuient. Comme si ce qui s’était passé dans la piscine l’autre soir m’avait noyée. Oui, depuis cet incident, je me noie, je crois. J’avais juste envie d’un peu d’amour. D’être enlacée? …Je suis dans le confessionnal, alors je me confesse…Qu’est-ce que tu penses de tout ça, toi, de l’autre côté de la caméra ? Hein ? J’aimerais bien savoir ce que tu penses de moi. 

BENJAMIN CASTALDI : Ah si vous saviez, Loana! Regardons tout de suite les fans qui se trouvent justement de l’autre côté du mur, mais que vous ne pouvez pas entendre !

FANS : LOANA !!! LOANA !!! LOANA !!!!! On T’aaaiiiiiiime !!!

BENJAMIN CASTALDI : Et je vous laisse maintenant avec la suite des événements pour une grande discussion philosophique entre Jean-Edouard et Laure devant la cage aux folles, euh, je veux dire, la cage aux poules ! 

LAURE : Tu penses qu’on va être nominés ?

JEAN-EDOUARD : Je sais pas. 

(Chuchotant) En tous cas, ça serait plus simple si c’était Loana qui se barrait. 

LAURE (chuchotant aussi) : Elle est bizarre en ce moment.

JEAN-EDOUARD :  Elle est parano ! Elle croit qu’on l’aime pas. Personnellement, je vais pas l’épouser, mais j’ai rien contre elle ! 

LAURE : C’est le public qui décide de toutes façons. 

JEAN-EDOUARD : Elle fait tout pour que ça soit moi qui soit viré.

LAURE : T’es parano.

JEAN-EDOUARD : Non, je t’assure.

LAURE : Je croyais que c’était moi que tu voulais qu’on élimine.

JEAN-EDOUARD : Mais non. Si on t’élimine, y a plus de chances pour que je me retrouve en finale avec qui tu sais… C’est toi qui est parano !

LAURE : Ah mais tu calcules tout… ! Je suis pas parano. C’est toi qui l’es !

JEAN-EDOUARD : On devient tous paranos.

Un temps. Ils regardent les poules qui s’agitent. 

LAURE, rehaussant à nouveau la voix : J’ai un peu de peine pour ces poules.

JEAN-EDOUARD, idem : Pourquoi ? 

LAURE : Elles sont enfermées dans leur cage toute la journée. On dirait qu’elles sont seulement là pour pondre. 

JEAN-EDOUARD, ironique : Pauvres petites chéries.

LAURE : Regarde ces deux là. Elles ont l’air de se tirer dans les plumes.

JEAN-EDOUARD : Bah, c’est comme nous : Y en a qui s’entendent bien. Et d’autres qui s'entre-tuent.

LAURE, ironique : Je vois pas de quoi tu parles !

Ils rient.

LAURE : Non, mais sérieusement, qu’est-ce qui se passe si on ouvre la porte de la cage ? 

JEAN-EDOUARD : T’es folle ! Faut pas les libérer !

LAURE : Pourquoi ? 

JEAN-EDOUARD : Elles vont tout salir, elles vont foutre le bordel. Ça va devenir incontrôlable. 

LAURE : Tu crois ? 

JEAN-EDOUARD : Vaut mieux les laisser enfermées. Et les surveiller. Les poules, c’est pas des oiseaux qui volent. C’est pas fait pour la liberté.

Invitée Nathalie Nadaud-Albertini

Nathalie NADAUD-ALBERTINI
Nathalie NADAUD-ALBERTINI © Radio France / Valérie Priolet

Nathalie Nadaud-Albertini est sociologue des médias et spécialiste de la téléréalité, elle est chercheuse associée au centre de recherche sur les Médiations à l’Université de Lorraine. Elle a fait une thèse de doctorat en sociologie sur le contenu et la réception numérique des émissions de téléréalité en France. Elle a reçu le prix de la recherche de l’Inathèque (INA) pour sa thèse. 

A signaler son livre : 12 ans de téléréalité…au-delà des critiques morales, INA éditions paru en 2013, et ses contributions à Ina Global:

Ressource complémentaire : Téléréalité 

La scénariste Leslie Menahem

Leslie MENAHEM
Leslie MENAHEM © Radio France / Christophe Barreyre

Sa bio à retrouver ici

En 2017, elle est boursière de l’aide à l’écriture de la région île de France pour son scénario de long métrage Les autonautes de la cosmoroute, produite par Ikki Films.

En 2018, elle est boursière des fonds SACD Création Série France-Europe pour son projet de série télévisée Motel. 

Côté théâtre, elle a mis en scène des textes contemporains ainsi que des opéras dans divers lieux, comme à la Philharmonie de Paris ou à la Scène Nationale de Martinique. 

Pour en savoir plus sur ses autres activités de jeu et de mise en scène, on peut faire un tour sur son site internet.

Générique

_Télé-réalité ou la guerre des chaîne_s de Leslie Menahem

Réalisation : Cédric Aussir

-------------------------------------

Avec :

  • Jean-Marc Lancelot
  • Julian Eggerickx
  • Emmanuel de Sablet 
  • Laurent D’Olce 
  • Marion Malenfant  
  • Jean-Baptiste Lafarge 
  • David Mandineau
  • Myrtille Bordier
  • Marc Prin
  • Capucine Lespinas
  • Bruitages : Bertrand Amiel
  • Prise de son, montage, mixage : Lidwine Caron, Olivier Dupré
  • Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu

Programmation musicale:

  • MORCHEEBA : Be yourself
  • COLUMBINE : Adieu bientôt
  • CAMELIA  JORDANA : Dhaouw
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.